Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Synthèse des quelques cafés

Sujet du 6 mars

SEXE, MENSONGE ET WEBCAM

"Quand l'écran s'allume, je tape sur mon clavier,
Tous les mots sans voix qu'on se dit avec les doigts,
Et j'envoie dans la nuit,
Un message pour celle qui
Me répondra OK pour un rendez-vous."

Extrait de "Marilou" chanson de Michel POLNAREFF


Rencontres virtuelles : communication ultra tendance ou ultra moderne solitude ?

Quels sont les points communs entre les rencontres sur internet et les rencontres "réelles" ?

Quels profils pratiquent la drague virtuelle ? Quels sont les enjeux pour chaque sexe ? Quels masques sont les plus fréquemment portés ? La toile change-t-elle les règles du jeu ou reflète-t-elle les comportements sexués de notre société ? Princesses et princes charmants sont-ils au rendez-vous ?

Et si le net ne faisait qu'accélérer un processus vieux comme le monde ?

Dans la salle, des personnages hauts en couleur ont partagé leur expérience. Ils nous ont appris à lire entre les lignes, à mettre en lumière les dessous des sites spécialisés. Serial dragueurs, afficionados, créatrices de blogs destinés à la rencontre de l'âme soeur http://mythicmaylis.blogspirit.com/, spécialistes de la rencontre de rue ou farouches pourfendeurs du virtuel nous ont offert un débat animé.

Avec Christopher Lutèce, auteur du guide : "Attirance, mode d'emploi", nous avons testé des outils concrets pour mieux aller vers l'autre : observer, décoder les signes reçus, se connecter à son ressenti pour éviter les principaux pièges... http://superdrague.hautetfort.com/about.html

Ce fut un café de l'amour enlevé, joyeux et... interactif !



Synthèse de Gilles :
café_amour_6.03.06.doc

2006.03.04 00:55 Publié dans Synthèse des quelques cafés | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : Célibataires |  Facebook | |

Commentaires

et bien en voilà un programme alléchant très chère bénédicte en espérant que tous tes invités hauts en couleurs seront bien là et pigmenteront le débat déjà impatiente d'y étre petite curieuse passionnée par le sujet que je suis
bisous et bonne nuit ;-)

Écrit par : maylis | 2006.03.04

bonsoir bénédicte merci pour cette bonne soirée j'en ferais un post ce soir je pense sur le blog j'ai déjà deux autres collègues partantes pour le sujet "qui picore dans son assiette picore au lit" a priori nous serons au moins 3 ce soir là c'est dans 15 jours je crois j'espère que tu n'étais pas trop cassée tu y as laissé bcp d'énergie bises a très bientot

Écrit par : maylis | 2006.03.07

C'est original en tous cas comme concept, et il faudra que je teste au moins une fois lors d'un prochain passage sur Paris.

à quand un tel café sur Nantes ou St Nazaire? Y aurait-il une franchise à développer? :-)

Écrit par : Marjorie | 2006.03.08

On n'aime plus !



Et nous ne sommes plus de ce monde, nous ne le vivons plus, et c’est le monde qui nous vit…
Nous sommes les spectateurs d’un monde qui survit et qui nous survivra, que par une envie de savoir… Un besoin de connaître où nous allons, juste à nous regarder nous regarder, juste à nous demander, pourquoi, pourquoi, pourquoi…

Nous vivons dans un siècle où les histoires d’amour commencent d’un cellulaire ou bien de nos machines, branchées sur l’inconnu à chercher son étoile…
Où y’a même plus le ciel, où y’a même plus la mer, où y’a même plus de voiles…
L’amour n’est plus qu’un rêve, affalé sur la toile où poussent des folies...

On n'aime plus !
On branche !
On se connecte !
On se télédécharge !
On se tape des codes…
Son Password et son look, un scanner dans la tête, où figure Cassandre webcamée en Roxane…
« On n'aime plus, on chiffre ! »

Alors que moi je ne suis rien, je ne suis presque rien, même pas de chez vous… Même pas dans vos livres…
Alors que moi je fais le mur, dans l’almanach de mes rêves, les portes grandes ouvertes, à bâtir l’autre monde …

Un monde de lumières, qui jamais ne s’arrête
Un monde loin d'ici… Un monde ; loin des mondes et qui jamais ne se rencontrent…Qui jamais ne se touchent... Un monde et sans les murs…

Un monde, comme on s’écrit, pour rien et pour personne, avec une illusion qui ne m’appartient plus…

J’écris, avec dans la main droite une tenaille et dans l’autre une rose… Puisque nous survivons d’une époque jetable, le cœur argilisé dans nos corps d’automates… J’écris la fleur des compromis, dans l’inutile jardin cultivant nos octets, ces voix criant l’octave, aux sons de nos machines.
Aux voiles sans nos actes, à nos vaines pensées, rythmant nos computers …

j’écris pour qu’on me cherche, moi qui cherche une fille, un jour devenue femme, son chant du chant des autres, aux larmes contre ses rires…

Avec ses mots jamais écrits, doucement comme une arme, remplaçant mille peurs…
Je ne cherche rien d’autre, qu’une image sonore, pour maquiller nos murs…

Pour sommeiller longtemps dans le lit de ses phrases…
Puisque l'on n'aime plus

Écrit par : Jacques | 2007.05.16



Les commentaires sont fermés.



Déjà plus de 900 abonnés twitter suivent le Café de l'Amour !