Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intervenants récents

Le 8 janvier avec Dominique Chapot

Le Café de l'Amour reprend à partir du 8 janvier
réservation indispensable


medium_DominiqueC.jpg
ET SI ON CHOISISSAIT D'ÊTRE HEUREUX EN AMOUR ?
Cultiver sa joie et devenir acteur de sa vie: une résolution pour 2007...



medium_heureux.jpg


"la joie que nous inspirons a cela de charmant que, loin de s'affaiblir comme tout reflet, elle nous revient plus rayonnante."
Victor Hugo



Jouir de la vie et le porter sur son visage, à une époque ou "faire la gueule" serait presque tendance ? Pourtant, la joie reste notre plus grande richesse, l'arme la plus efficace contre la peur, la force qui dynamise notre existence, une énergie renouvelable : plus on en use, plus on en reçoit. Déceler sa présence constante en nous et l'attiser régulièrement nous garantit d'être la bonne personne, au bon moment, à la bonne place dans une relation épanouissante.

Selon Dominique Chapot*, la joie, émotion puissante, constitue l'essence même du vivant. Sa permanence et sa force poussent à poursuivre notre chemin, à savourer nos expériences, à vivre inténsément. Regard lumineux, visage accueillant, il ne tient qu'à nous d'intégrer les critères de la joie de vivre !

Alors, rayonner, irradier, éclairés d'une joie intérieure... Oui mais comment faire ?

Avec Dominique Chapot, nous en avons semé les premières graines. Si elles germent en nous, nous pourrions devenir pour les autres, une promesse de bonheur. Attentifs aux hasards et aux signes, nous avons apprendris à nous connecter à notre propre source de joie, à nous épargner la peur, cette cause de stress inépuisable. Désormais, nous deviendrons peut-être capables d'inspirer la confiance par le "langage non verbal", de manière naturelle et inconsciente, juste parce que nos pensées seront en accord avec nous-mêmes.

Dominique Chapot est thérapeute, formée à l’Ecole de Palo Alto. Formatrice de formateurs pour l’Université d’Avignon, Conseil en communication pour de grandes entreprises, elle intervient auprès de médecins dans la relation avec leurs patients. Ses coordonnées : 06 89 10 75 70 et dominique.chapot@cegetel.net
Elle a écrit :" Et si on choisissait d'être heureux ?" et "Emois en moi, se réconcilier avec ses émotions", aux éditions du Seuil


 


medium_émois.2.gif


Synthèse de Gilles en vers :Café_amour_8.1.7.doc

2006.12.28 22:40 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | |

Commentaires

Tous mes vœux pour l’année qui vient, Chère Bénédicte.
Vous rencontrer fut l'une des bonnes surprises de l'année 2006.
Amicalement,
Thierry

Écrit par : Thierry Janssen | 2006.12.26

j'habite un peu loin, mais je te lirai sur ton blog...
Bonne année remplie d'amour...

Écrit par : irene | 2007.01.02

j'ai reçu une invitation, je vous presente mes meilleurs voeux pour une année d'amour, de solidarité,.....votre blog est plaisant et donne en-vie, au plaisir de vous voir (près de chez moi, vers Lyon) Hélène Art-thérapeute

Écrit par : mahé | 2007.01.02

J'étais hier soir à une conférence sur "si l'on choisissait d'être heureux en amour ?"

Je me sens en ce moment dans cette démarche, de ne plus vivre mes amours comme quelques choses de tragique, lourd, difficile et compliqué...

Je veux un amour ludique, agréable, sincère, qui me fasse du bien et qui fasse du bien à mon partenaire. Une rencontre de deux âmes sans cherchez à devenir ce que l'on est pas...

Donc me voilà allant à la conférence d'un pas joyeux...

Premier exercice ce connecter à un moment de joie intense... (Moi petite fille qui danse...à en perdre le nord, a tombée dans l'herbe fraîche, avec le ciel qui tourne au dessus de ma tête...)

Je l'aime beaucoup cette image mais là j'avais pas envie de la ramener dans ce groupe trop grand... alors je me suis revu dans une autre danse genre Roméo et Juliette, il n'y avais plus de mur plus de sol... juste nous deux... la la la la; mais bon ca ne collais pas non plus...

Après (j'écourte un peu...) nous avons eu un débat sur garder au coeur ce moment de joie et choisir de vivre heureux!!! C'est là que mes cheveux ce dressent sur la tête que je me met à baver et qu'une colère immense enfouie au plus profond de moi surgis euh pas vraiment Hulk, mais plutôt les personnages de manga quand ils sont investis d'une force supérieure.

Non pas que je sois contre le bonheur, ne vous m'éprenez pas...

« -Le bonheur…

-Un pauvre mot, hein ?

-Quel sera-t-il mon bonheur ? Quelle femme heureuse deviendra la petite Antigone ? Quelles pauvretés faudra-t-il qu’elle fasse elle aussi, jour par jour, pour arracher avec ses dents sont petit lambeau de bonheur ? Dites, à qui devra-t-elle mentir, à qui sourire, à qui se vendre ? Qui devra t-elle laisser mourir en détournant le regard ? » Antigone de Jean Anouilh


Donc voilà je suis pour le bonheur mais pas à tout prix et surtout pas n’importe le quel… pas celui qui cache les choses. Ce n’est pas dans la légèreté que je souhaite le trouver, Non, c’est dans sa force, dans son énergie, ancré au sol, c’est dans la colère, dans la joie et dans toute les émotions, c’est le fait d’être là et de vivre tout simplement, c’est d’être dans ma vérité et incarné (Ah c’est le thème de l’année…).


Cette conférence m’a au moins fait réfléchir, ou du moins réagir…

Écrit par : Magali Dubreuil | 2007.01.09

Bonjour Magali,
votre commentire est passionnant : vous vous êtes connectée avec ce qu'il y a de plus puissant et merveilleux en vous et...c'est la colère qui a surgit ....c'est bien sur cette colère qu'il faut maintenant vous interroger : pourquoi la petite fille merveilleuse qui dansait autrefois dans l'herbe ne peut-elle pas danser librement aujourd'hui, pourquoi n'est-elle pas devenue une femme libre qui ose danser au milieu des autres, au milieu de sa vie, de quoi a-t-elle peur ? Voilà une question qui me parait essentielle !

Cette colère est saine car vous avez pris, en l'éprouvant, la mesure de l'injustice qui vous empêche d'être vous-même.

Les émotions sont très puissantes et nous disent tout de notre vérité, les mots sont toujours des approximations de nos ressentis !

Vous avez bien compris je crois, ce ne seront jamais des subsstituts de bonheur qui vous épanouiront, vous êtes trop lucide pour cela, mais bien l'épanouissement de votre vérité, faites grandir la petite fille qui danse et faites là vivre en vous, prenez le risque de déplaire en étant vous même connectée à votre vérité profonde, c'est bien ainsi que vous séduirez les personnes qui vous méritent...

je sais à quel point les petites graines semées lundi soir sont capables de germer dans les esprits les plus motivés, mais je sais aussi ce que l'émergence des émotions peut faire surgir au sein d'un groupe, c'est la raison pour laquelle je suis restée prudente, nous étions en grand groupe et la colère et ni la tristesse auraient pu, en se manifestant , créer un malaise, pourtant, je sais par expérience, qu'elles étaient là (la peur aussi, bien sur)
les bénéfices de cette soirées se sentiront à terme, notamment lorsque je brûlerai le "sac à peurs", je le ferai d'ailleurs savoir sur ce site.

Merci, Magali pour ce commentaire édifiant, je vous souhaite une année de véritable et profonde joie de vivre,

Dominique Chapot, auteur de "Et si on choisissait d'être heureux, cultiver la joie et devenir acteur de sa vie"
dominique.chapot@cegetel.net

Écrit par : dominique chapot | 2007.01.10

Après avoir laissé la boue se reposer au fond de la mare, c’était pas mal du tout hier...
-

Écrit par : Pascal Glucksman | 2007.01.10

Ma relation avec la joie est une longue histoire que je vais essayer de résumer.

J'ai découvert les enseignements bouddhistes Kadampa il y a 3,5 ans et j'ai tout de suite été très attiré par leur contenu. Depuis ce moment j'ai assisté à beaucoup d'enseignements, de pratiques de prières, etc... et j'ai essayé de les mettre en pratique. C'est, selon moi, la clef de l'avancée vers le bonheur (et donc vers la joie intérieure).
Les principaux enseignements sont :

la compréhension que la souffrance (terme générique) est liée à notre renaissance dans le samsara. que la loi du karma (toute action réalisée nous revient sous forme de bonheur ou de souffrance dans cette vie ou dans une autre) nous responsabilise en face de notre souffrance. que tout être est à la recherche du bonheur mais qu'en général on le cherche à l'extérieur alors qu'il faut le développer à l'intérieur de notre coeur. Le bonheur est synonyme de paix intérieur. Il faut donc travailler sur son esprit pour le pacifier.
A partir de là, plusieurs choses permettent progressivement de ressentir ce bonheur intérieur :
- calmer nos pensées par la méditation;
- pratiquer la vertu en évitant principalement de mentir, voler, tuer ou prendre des intoxicants. La pratique de la vertu rend l'esprit heureux et le pacifie. On se sent en paix avec tout le monde et le bonheur en découle naturellement;
- accepter la souffrance qui nous arrive en comprenant qu'elle n'est que le résultat d'actions négatives que nous avons fait dans le passé. Le karma (positif ou négatif) s'épuise lorsqu'il fleurit. Si un karma négatif fleurit, nous allons vivre une souffrance jusqu'à ce que ce karma soit épuisé. C'est la même chose pour un bonheur et le karma positif qui va avec. Il faut juste accepter cela;
- comprendre que les autres ne sont pas responsables de notre souffrance ou de notre bonheur; tout provient de notre esprit. Il est donc important de travailler sur notre esprit et de le rendre meilleur. Cela rendra notre environnement meilleur et nos expériences meilleures;
- développer l'amour et la compassion pour les autres, l'accueil de chacun avec une attention bienveillante;
- apprendre à donner gratuitement, sans attendre quoique ce soit de l'autre. Cela procure un énorme sentiment de bonheur de donner sans aucune attente en retour, même pas un sourire ou un merci;
- développer la patience envers les autres et les situations que nous vivons. La patience va de paire avec le bonheur de l'esprit;
- qui dit patience dit éviter la colère qui est une émotion destructrice pour soi et pour les autres;
- considérer les autres comme plus important que soit même et diminuer son ego et son sentiment d'importance personnelle au profit des autres;
- comprendre que la mort peut arriver n'importe quand; que tout est impermanent dans ce monde et qu'il est préférable de cultiver le non attachement tout en restant ouvert aux autres et concerné par leur souffrance. Cette compréhension permet d'aborder les évènements de notre vie d'une manière plus légère, avec plus de compréhension profonde, en évitant de trop saisir les choses comme étant vraies...

En réalité, la source de la souffrance est notre auto-préoccupation (le fait d'être essentiellement préoccuper par nous-même) et la saisie du soi (le fait de se considérer soi-même et tout ce qui nous entoure comme existant vraiment).
Ce dernier point est assez profond et demanderait d'autres développements mais voici, résumé brièvement, ce qui m'a permis, en le mettant en pratique à l'aides enseignements bouddhistes, d'apaiser mon esprit et de développer un bonheur intérieur que je continue en permanence à travailler en observant à tout moment ce qui se passe dans mon esprit en fonction des situations que je vis.

Écrit par : Philippe dubreuil | 2007.01.10

bonjour à vous tous qui étiez présent au café de l'amour dont j'étais l'invitée le 8 janvier dernier.
je vous informe que "le sac à peurs" sera brûlé dans un grand feu de joie lundi 15 janvier à 16 heures.
Et si maintenant, vous choisissiez d'être heureux ?......
Dominique Chapot

Écrit par : dominique chapot | 2007.01.15

LE SAC A PEURS EST MAINTENANT BRULE

lA FORCE DES ACTES SYMBOLIQUES TELS QUE CELUI CI est d'agir sur notre inconscient.
Ainsi toute l'énergie que vous récupérerez en cessant de combattre ces peurs pourra etre réinvesti dans des actes qui vous apporteront de vraies joies !

Écrit par : dominique chapot | 2007.01.17



Les commentaires sont fermés.



Déjà plus de 900 abonnés twitter suivent le Café de l'Amour !