Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intervenants récents

Le 25 juin avec Jean-Michel Hirt

L'INSOLENCE DE L'AMOUR
Les liens troubles entre férocité et amour
medium_jmhirtdec06erquy.JPG

Aventure de la rencontre, énigme de la sexualité, confrontation entre l'attente des corps et les impératifs de la chair, impossibilité de soutenir les exigences de l'amour dans la durée... Comment tenter d'expliquer l'incompréhensible, cette disjonction entre aimer et désirer ? Ne trouve-t-on pas parfois, au détour d'un acte sexuel démarré sur le mode romantique, des pulsions beaucoup plus sauvages ?


Selon Jean-Michel Hirt, l'amour, comme le rire et l'humour, ne s'exercerait pas sans cruauté. Il propose même une perspective érotique nouvelle. Elle rassemblerait la sensualité et la tendresse, mais aussi le "troisième courant", méconnu, souvent occulté, qui irrigue la vie amoureuse : la cruauté. Celle-ci ne serait pas seulement ressentie à l'occasion d'une blessure ou d'une frustration, mais réclamée par l'abandon amoureux. Elle permettrait la reconnaissance de l'étrangeté du partenaire, plutôt que la vaine tentative de fusion avec un autre soi-même. Est-elle une composante indispensable de la relation amoureuse et sexuelle ou est-ce l'amour qui libère cette forme de violence contenue en chacun de nous ?

Lundi, au Café de l'Amour, Jean-Michel Hirt a éclairé le rôle et l'importance de la cruauté, non pas comme pas comme un avatar aberrant de l'amour, mais comme une nécessité de sa puissance. Il a démontré cette étrange affinité entre la cruauté et l'amour, mis en lumière ses interactions. Il nous a amené à cette question fondamentale : jusqu'où chacun est-il capable d'aller dans le voyage auquel il invite ?

Jean-Michel Hirt a une double formation en littérature et psychologie. Psychanalyste, membre de l'association psychanalytique de France et professeur de psychopathologie à l'université de Paris XIII. "L'insolence de l'amour" est publié chez Albin Michel. Son essai précédent s'intitule : "Les infidèles, s'aimer soi-même comme un étranger", chez Grasset (2004). Il a aussi écrit chez Grasset : "Le miroir du Prophète" et "Vestiges du Dieu, Athéisme et religiosité".

medium_insolence.gif

Il intervient notamment dans les magazines féminins Elle, Biba, Glamour, ainsi que Psychologie magazine, Le Monde, Art press.

Synthèse de Gilles, notre poète : Café amour 25.6.7.doc

2007.06.19 03:00 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook | |

Commentaires

Bonsoir, ouais c'était une première fois pas forcément réussit pour ce qui me concerne mais bon c'est pas grave, je ressayerai avec la soirée internet .

Ce soir, je me suis sentis un peu beaucoup largué, c'était un peu trop psycho-intello-spirituel à mon gout, mais vu que je ne n'ai pas une grande expérience amoureuse et que je suis encore jeune, c'est peut être normal .

Je n'ai pas réussis à lier amitié, ou à accrocher une femme et ce n'est pas dramatique .
Je suis sortis de mon environnement habituel, j'ai vu des gens et ça ma permis de me changer les idées le temps d'une soirée, meme si je me suis sentis un peu à coté de la plaque.

Ma timidité aura eu encore le dessus ce soir sur moi mais ce n'est pas grave.

J'avoue cependant que j'aurais bien aimé m'envoyer en l'air avec la femme qui était en face de moi, x, je crois qu'elle s'appelait ; elle avait certain atout que j'ai pris plaisir à regarder.


Nicolas

Écrit par : Nicolas Duruy | 2007.06.26

Pour ma part, cette soirée était une découverte car la première.
J'ai beaucoup apprécié l'intervenant dont le thème exposé sortait des sentiers battus et a créé une polémique incontestable !

J'aime beaucoup le concept et Bénédicte connait parfaitement son rôle.

Pas facile de se prêter aux jeux et de partager avec son voisin une méditation ou autre, mais je dois dire que mon sympathique partenaire, Louis, m'a mise à l'aise et ma timidité s'est un peu estompée. J'espère encore progresser...

Je suis ravie d'avoir partagé ces moments, je reviendrai !

Mano

Écrit par : Mano REYNAUD | 2007.06.26

Bonjour Bénédicte

Mon impression est que ce n'était pas du tout ce que je pensais, car je m'attendais à une conférence psy, un genre de café psy.

J'étais un peu intimidée hier soir, mais finalement je pense revenir à vos soirées, car l'ambiance est chaleureuse. Je vais essayer de venir lundi prochain avec un copain.

Par ailleurs, je n'ai pas du tout été convaincue par la conférence de Mr Hirt, mais cela m'a intéressé.

Je vous tiens au courant

Bonne Journée

Virginie

Écrit par : Virgie Viguier | 2007.06.27

Bonjour Bénédicte,

C'était d'un bon niveau, et J-Michel Hirt brillantissime à défendre son 3e courant que beaucoup s'accordent à ne pas pouvoir remonter. Bref, la cruauté résonnait en chacun de nous de manière différente... Peut-être pour prendre un autre chemin ... ?

Le 9 juillet (jour de mon anniversaire) j'y serai, surtout que Philippe Lévy est un être charmant et généreux.

Avec mon amical souvenir.
Nathalie

Écrit par : Nathalie Bouvreuil | 2007.06.27

Bonjour,


Cette première visite m'a beaucoup plu, l'intervenant et le sujet étaient fort intéressants.
En revanche, du fait que je sois tributaire des transports (j'habite à Fontainebleau), c'est dommage que je sois obligée de partir. La prochaine fois, je m'organiserai autrement.

Je vous souhaite une très bonne journée et à très bientôt.

Elisabeth

Écrit par : Elisabeht Dumont | 2007.06.27

La soirée était très intéressante, notamment le dîner en compagnie de gens de qualité. Le fait qu'il n'y ait pas beaucoup d'hommes de mon âge ne me gêne pas. Je cherche principalement à sortir et à rencontrer des gens. La recherche de l'âme sœur à mon âge après une vie conjugale de 25 ans et une histoire cauchemardesque de 12 années, je n'y crois pas vraiment. Les messieurs de 60 ans recherchent soit une jeune femme, soit une maman, très
rarement une vraie partenaire de vie.

Je ne pourrai malheureusement pas revenir avant mi-juillet.

A bientôt

Marie-Sybille

Écrit par : Marie-Sybille Delaunay | 2007.06.27

Merci Bénédicte, pour cette soirée.
Sympa, convivial, festif, en alliant la réflexion et la profondeur.
Dommage que j’habite Cergy, et que mes enfants doivent rester seuls le lundi soir, car je serais bien rester manger…plaisir aussi, de retrouver des gens connus et des amis.
Joli réseau !
Des bisous, et à bientôt.
Nadine.

Écrit par : Nadine Brahms | 2007.06.27

Bonjour Bénédicte
J'étais déjà venue lorsque c'était sur la place saint sulpice, c'était petit, nous étions très serrés. Cette fois les lieux sont bien plus vastes et agréables, je me suis beaucoup amusée dans les exercices interactifs, j'ai aprécié la manière dont tu introduis les personnes auprès d'autres, alors je m'inscris pour la semaine prochaine ! à bientôt et merci Dominique

Écrit par : Dominique Cluny | 2007.06.27

Bonsoir Bénédicte
Merci pour cette magnifique soirée, vraiment j'avais l'impression d'avoir bu du champagne...
j'ai beaucoup aimé l'auteur du livre. C'est un homme authentique, je peux le lire dans son corps.
Je me vois bien animer une soirée ainsi avec vous...
Vous êtes incroyablement dynamique... et excellente dans votre travail, vous êtes engagée, mes félicitations.
avec amour
marie lise

Écrit par : Marie Lise Labonté | 2007.06.27

Bonsoir Bénédicte,

J'ai bien apprécié cette soirée : L'organisation, l'ambiance conviviale et la qualité de l'intervenant ont contribué à ce ressenti.

J'avoue que le sujet traité réclamait beaucoup de concentration. Je ne sais pas si j'ai bien "tout intégré".

Mais, vous pouvez, sans nul doute, comptez-sur moi pour une (très) prochaine séance.

Bien à vous,

Harry SIMANA

Écrit par : Harry Dullman | 2007.06.27

Pendant la soirée avec Jean-Michel Hirt, j’ai compris pourquoi la psychanalyse restera toujours enfermante, figée au stade freudien, son père, elle n’a pas eu le courage d’entendre ses fils, Jung notamment.
Les orphelins auraient-ils la nostalgie du père ?

La psychanalise est connue pour faire une coupure entre le corps et la tête. Les concepts s’entrechoquent comme des poulets à qui on a coupé la tête, dans une Amazonie où tout semble encore à explorer et à défricher. Ou comme un pianiste ébahi par la frappe des touches qui produisent des sons, mais refusant d’explorer les principes cachés reliant les sons à leur source unique.

Erreurs maintes fois répétées au cours de l’histoire, dont certains usent et abusent, profitent (religions, politiques, médecine, psycho…).

Comment comprendre l’amour et ses affres, en refusant de comprendre l’Amour ?

Écrit par : Frédéric Mailleux | 2007.06.27

Je suis très consciente de la charge de travail que tout cela repésente, mais c'est aussi ce qui fait la qualité de ces soirées.
Vous réussissez à réunir tous les milieux, allier une réflexion sur l'amour avec la rencontre amoureuse, et la rencontre de l'autre en général. Et vous prenez soin de tous vos "invités", à la fois dans la manière de les accueillir, mais aussi en expliquant à chacun comment cela se passe. C'est très important, parce qu'il s'opère pour chacun un vrai travail individuel, et aussi un vrai travail de groupe, qui va évidemment nous faire évoluer en dehors de la soirée. Ca n'est pas anodin, il faut pouvoir gérer les mouvements psychiques qui s'opèrent, faire du lien entre les différentes interventions, donc moi je suis tout à fait convaincue qu'il est très important de préparer les participants comme vous le faites.

Écrit par : Fabienne Mongel | 2007.06.29

Salut Bénédicte.

Je ne prends presque plus de notes; Dans les exercices on change de place. Ce qui prouve que je suis davantage tourné vers les autres.
Je resterais pour le dîner,la convivialité est sacrée

L'imprévu me plaît. J'ai appris lundi dernier qu'on a un choeur derrière soi en amour et que la cruauté est un piment ... qui pique!
Reste-t-il une place pour le 2 juillet ?
Reverrais-je x, qui sait ?

Bruno

Écrit par : Bruno Perrier | 2007.06.29

Avec x, j'ai vécu une super méditation d'amour, mais elle n'a pas souhaité prendre mon mail quand je le lui ai proposé... Tant pis.

Ta future "placeuse" a tout à fait le look qui me plait mais je pense qu'elle est trop jeune et elle n'est probablement pas libre.

Excellente soirée cependant avec cette prise de conscience de la dimension "cruauté" dans l'amour. Merci à toi pour ces conférences très diversifiées qui apportent chacune un éclairage complémentaire à la précédente sur les différentes dimensions de l'amour.
A lundi,
Philippe,

Écrit par : Philippe Delcourt | 2007.06.29

Bonjour Bénédicte,

Pour lundi dernier, tu as invité un groupe de 2 à 3 femmes + 1 homme à s'assoir à la table ou j'étais. Celle qui s'est assise à coté de moi est ... charmante (36 à 40 ans, mignone, grande, mince, yeux bleue, timide, sensible, presque blonde, avec une curiosité pour cette soirée qui signifiait qu'il y a un quelque chose derrière... )

Je pense qu'elle a apprécié au fond la soirée. Par contre, elle a été un peu surprise ou perturbée par l'exercice final : les yeux dans les yeux. Pourtant, j'ai été soft. Ceci malgré ce que je lui ai dit juste avant.

Eh oui, elle n'avait pas écouté la belle et précise présentation que j'ai faite avant que la soirée ne commence. Les autres personnes qui l'ont accompagné, ont bien écouté par contre.

J'accepte avec grand plaisir ce role d'acceuil et de formation des nouvelles venues. Surtout ne change rien. S'il y a une attention plus particulière à avoir avec une tel personne, merci de me sensibiliser d'une manière express.

Mais une prochaine fois, si tu pouvais me mettre à coté de x, ou plus exactement, à coté de la personne qui l'accompagne depuis quelques lundi. Je ne sais pas si elle est libre, mais j'aimerais faire ça connaissance simplement. Attention, rien de plus.

Bises,

Nicolas.

Écrit par : Nicolas Chaillot | 2007.06.29



Les commentaires sont fermés.



Déjà plus de 900 abonnés twitter suivent le Café de l'Amour !