Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le 2 juillet avec Sabrina Philippe

"LES RENCONTRES SUR INTERNET :
SEXE, MENSONGE ET WEBCAM OU @MOUR TOUJOURS ?"
medium_sabrina.jpg

avec Sabrina Philippe, auteur de "@mour toujours".


Aujourd'hui, plus de 6 millions de célibataires inscrits sur les sites de rencontres en ligne naviguent quasi quotidiennement sur le web, en quête de l'âme soeur. Si certain(e)s portent un masque, dévoilé brutalement au détour du premier rendez-vous, ou plus insidieusement au fil des contacts, d'autres se révèlent d'authentiques amoureux(ses). La grande majorité alterne, à portée de clic, amères désillusions et espoirs fous. Alors, chercher l'amour sur le web : communication ultra tendance ou ultra moderne solitude ?

À croire les internautes, les enjeux semblent différer pour chacun des sexes, et l'on retrouve sur la toile tous les clichés de la relation homme/femme...

medium_Sabrina.jpg


Lundi, au Café de l'Amour, Sabrina Philippe, psychologue et conseillère en ligne d'un site de rencontres, a apporté son expérience. Elle a tordu le cou à quelques tabous et autres idées reçues. Elle nous a démontré que l'on peut s'aimer sincèrement et durablement après un échange en ligne. Elle a proposé de nombreuses clefs pour réussir une rencontre sur internet. Elle nous a aidé à démêler les fils de la toile pour trouver l'amour, le vrai. Elle a répondu aux questions essentielles : le passage du virtuel au réel, abordage ou sabordage ? La toile change-t-elle les règles du jeu ou reflète-t-elle les comportements sexués de notre société ? Et si le net ne faisait qu'accélérer le processus ?

medium_amourtoujours.jpg


Psychologue de formation, Sabrina Philippe est spécialiste des relations interpersonnelles, des bilans psychologiques et des test psychométriques. Elle participe régulièrement à des émissions télévisées pour RTL/TVI (Belgique) et France 2, en particulier l'émission "Toute une histoire" de Jean-Luc Delarue. Depusi juin 2005, elle est également la psychologue du site de rencontres Parship.


htt...




Synthèse de Gilles, notre poète : Café amour 2.7.7.doc

2007.06.20 12:10 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook | |

Le 25 juin avec Jean-Michel Hirt

L'INSOLENCE DE L'AMOUR
Les liens troubles entre férocité et amour
medium_jmhirtdec06erquy.JPG

Aventure de la rencontre, énigme de la sexualité, confrontation entre l'attente des corps et les impératifs de la chair, impossibilité de soutenir les exigences de l'amour dans la durée... Comment tenter d'expliquer l'incompréhensible, cette disjonction entre aimer et désirer ? Ne trouve-t-on pas parfois, au détour d'un acte sexuel démarré sur le mode romantique, des pulsions beaucoup plus sauvages ?


Selon Jean-Michel Hirt, l'amour, comme le rire et l'humour, ne s'exercerait pas sans cruauté. Il propose même une perspective érotique nouvelle. Elle rassemblerait la sensualité et la tendresse, mais aussi le "troisième courant", méconnu, souvent occulté, qui irrigue la vie amoureuse : la cruauté. Celle-ci ne serait pas seulement ressentie à l'occasion d'une blessure ou d'une frustration, mais réclamée par l'abandon amoureux. Elle permettrait la reconnaissance de l'étrangeté du partenaire, plutôt que la vaine tentative de fusion avec un autre soi-même. Est-elle une composante indispensable de la relation amoureuse et sexuelle ou est-ce l'amour qui libère cette forme de violence contenue en chacun de nous ?

Lundi, au Café de l'Amour, Jean-Michel Hirt a éclairé le rôle et l'importance de la cruauté, non pas comme pas comme un avatar aberrant de l'amour, mais comme une nécessité de sa puissance. Il a démontré cette étrange affinité entre la cruauté et l'amour, mis en lumière ses interactions. Il nous a amené à cette question fondamentale : jusqu'où chacun est-il capable d'aller dans le voyage auquel il invite ?

Jean-Michel Hirt a une double formation en littérature et psychologie. Psychanalyste, membre de l'association psychanalytique de France et professeur de psychopathologie à l'université de Paris XIII. "L'insolence de l'amour" est publié chez Albin Michel. Son essai précédent s'intitule : "Les infidèles, s'aimer soi-même comme un étranger", chez Grasset (2004). Il a aussi écrit chez Grasset : "Le miroir du Prophète" et "Vestiges du Dieu, Athéisme et religiosité".

medium_insolence.gif

Il intervient notamment dans les magazines féminins Elle, Biba, Glamour, ainsi que Psychologie magazine, Le Monde, Art press.

Synthèse de Gilles, notre poète : Café amour 25.6.7.doc

2007.06.19 03:00 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook | |

Le 18 juin avec Patricia Delahaie

PLAIRE EN TROIS MINUTES ET S'AIMER TOUJOURS, UN PARADOXE ?
Maintenir le désir, un défi ?

Patricia Delahaie
medium_patricia_delahaie.jpg


Dès le premier regard, nous sommes responsables de l'idylle et de son déroulement. C'est ce que Patricia Delahaie affirme. D'essais en guides pratiques, elle développe une réflexion singulière : notre histoire amoureuse et sexuelle est le fruit de ce que nous avons cultivé. Rien n'est écrit à l'avance dans une relation. Selon elle, il y a seulement des choix qui nourrissent l'amour, et à l'inverse, des mots, des actes, qui l'entravent. Aux premières marches du Nirvana, l'ascension paraît souvent difficile : dépasser la première étape de fusion, accepter les différences, rester à l'écoute sans se nier, etc.

En comparaison de notre idéal, l'autre, à force de déceptions, nous incite peut-être à la déliaison. Qu'il est bon de tenir le/la coupable, celui/celle qui n'offre pas la vie rêvée. Survient alors le fantasme de la rupture, et son corollaire de renaissance : goûter une liberté nouvelle, rencontrer des partenaires potentiels plus excitants, renouer enfin avec soi-même ! Ce soi-même mythique, capable de tout en dehors du couple, et de rien au-dedans...

Lundi, au Café de l'Amour, avec Patricia Delahaie, nous avons exploré la planette des "zappeurs" de l'amour, dont les rangs grossissent régulièrement selon les statistiques. Jeux de rôles, ateliers interactifs nous ont montré comment débusquer les aprioris, croyances et jugements qui font loi au tribunal de l'amour. Éloquente avocate de la défense, Patricia Delahaie nous a proposera des pistes pour nous en libérer : une présence à soi et à l'autre, une attention quotidienne à la relation, une culture de l'optimisme et d'autres clefs.

Philosophe et sociologue de formation, Patricia Delahaie, journaliste psycho-société, a collaboré depuis 1978 à Psychologies Magazine, Avantages, Famili, Marie-France, Notre Temps, Coté Femmes, etc. Parallèlement, elle présente une chronique « livres enfants » aux Maternelles sur France 5, depuis 2001 et dirige la collection « documents » chez Leduc.s depuis 2002.

Parmi ses nombreux ouvrages : "Ces amours qui nous font mal", Marabout, 2001, "Etre la fille de sa mère et ne plus en souffrir", Marabout 2002, "Fidèle, pas fidèle", éditions Leduc.s, 2004, "Comment plaire en trois minutes", Leduc.s, 2005, "Comment s’aimer toujours", Leduc.s 2006, "Quand bébé grandit. Ce qui se joue vraiment avant 6 ans" (avec le Pr Catherine Graindorge) Leduc.s 2007.

Synthèse de Gilles, notre pooète :
Caf...

2007.06.12 01:55 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook | |

Le 11 juin avec le Dr Frédéric Rosenfeld

MÉDITER, C'EST SE RELIER À L'AUTRE ET AU MONDE,
ÉVEILLER PLEINEMENT SA SENSUALITÉ
ou comment la paix intérieure nous prépare à l'Amour

medium_Fr.2.JPG


Frédéric Rosenfeld considère la méditation comme une relaxation agrémentée d'une mémoire, d'un voyage, d'une connaissance, et en même temps, d'une "inconnaissance". Méditer nous ouvre à un monde plus vaste qui nous échappe, à des relations d'immense respect, d'abandon total et désintéressé. Point n'est besoin d'aller se recueillir chez les moines grecs, juchés au somment du Mont Athos, pour tutoyer la transcendance.

Il s'agit simplement de reconsidérer la banalité de notre quotidien, et surtout de rester présent dans l'instant, de vivre "ici et maintenant", ainsi que le proposent les philosophies orientales.

Lundi, au Café de l'Amour, à la faveur d'exercices interactifs, Frédéric Rosenfeld nous a initié à une méditation laïque. Il nous a invité à l'allégresse, nous a permis d'identifier une palette de sensations vertigineuses : l'amour, le sentiment d'infini... voire d'accéder au mystère, ressenti mystique indescriptible. Au risque de modifier radicalement notre perception des situations, il nous a appris la posture mentale de "pleine conscience", et son cortège d'attention, de vigilance, de non jugement. Il nous a également familiarés avec le concept "d'acceptation", qui consiste à "faire l'expérience des événements, complètement, sans défense, tels qu'ils sont" (Steven Hayes).

Sur l'ordonnance de ce docteur pas comme les autres, de puissants anti-dépresseurs, à consommer sans modération : équanimité, compassion, empathie et bienveillance !

Frédéric Rosenfeld, auteur de "Méditer, c'est se soigner", aux Éditions des Arènes, est médecin psychiatre, ancien assisant des hôpitaux de Lyon, diplômé en sexologie, neurosciences et en thérapies cognitives. Il est formé à l'EMDR. Il pratique le taï-chi, les méditations Vipassana, zen, le qi gong.

Éditons des Arènes.

 


Synthèse de Gilles, notre poète : Caf...

2007.06.03 23:10 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook | |

Le Café de l'Amour dans Marie France

medium_MFjuin.jpg

Marie France, juin 2007. Page 16, rubrique "quoi de neuf", Tencance Chabadabada, un article de Marie-Sophie Boivin :


"Enfin, dans un registre plus cérébral, le Café de l'amour, à Paris, propose des débats passionnés sur les grands sentiments. Chaque semaine, il convie des invités -psychanalystes, écrivains ou philosophes- à analyser les relations amoureuses en théroirie, mais également en pratique !"


Et aussi, sur IDFM, une heure d'émission, bientôt en ligne, consacrée au Café de l'Amour et à son invité du 4 juin, Philippe Brenot.

medium_v10_logo.jpg

All the posts