Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intervenants récents

Jacqueline Kelen, Divine blessure

Jacqueline Kelen était au Café de l'Amour à Paris le 25 février 2008.

bc6d7cc8c6f130a49feb5ccb5d4fd04c.jpg

DIVINE BLESSURE
Faut-il guérir de tout ?

"S'aimer soi-même", entendons-nous partout. Faut-il vraiment, pour s'épanouir, adopter ce commandement d'un nouveau genre, qui circule du cabinet du psychothérapeute aux ateliers de développement personnel ? Se sentir "bien dans sa peau", se débarrasser de ses maux et, enfin, accéder au bonheur : ne vivons-nous pas aujourd’hui sous le règne d’une idéologie de consommation infantilisante ?

Lundi, au cours d'un café de l'amour spirituellement incorrect, Jacqueline Kelen a rappellé que la blessure d'amour désigne la profondeur du coeur et redonne à la relation sa dimension érotique.

da0f331a4dedd6913650c1234ede387a.jpeg

Jacqueline Kelen*, Diplômée de lettres classiques, a été productrice à France-Culture pendant de longues années. Elle a écrit une bonne trentaine d'ouvrages parmi lesquels : Marie-Madeleine, un amour infini (Albin-Michel), Proposition d’amour (Anne Carrière), l’Éternel masculin. Elle consacre ses ouvrages et ses séminaires sur les mythes de la tradition occidentale et à l'étude de la vie intérieure. "Divine blessure", l'un de ses derniers livres, est sorti en 2005 chez Albin Michel.
Texte de Gilles, notre poète : Café Amour 25.2.8.doc

2008.02.24 14:40 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook | |

Commentaires

Tout à trac, après la soirée d'hier avec J.Kelen.. Je ne peux m'empêcher de mettre cette soirée en parallèle avec celle de F.Lenoir, que j'avais reçue comme un merveilleux cadeau. Lundi, j'ai été intéressée, mais, à vrai dire, un peu déçue. En effet, si Frédéric a parlé d'amour avec son coeur, Jacqueline elle, en a parlé avec sa tête. L'un a "irradié" l'amour, l'autre en a fait le tour avec son intellect.
Et ce n'est pas du tout la même chose !
Mais c'était bien tout de même. Et comme dit J.Kelen, un bon coup de pied au derrière est parfois utile. Mais... pourquoi ne pas le donner avec amour ? Ou, au moins, avec un peu d'humour ?
En tout cas MERCI à toi pour toute cette richesse de rencontres !!!

Écrit par : Marine Legrand | 2008.02.27

J'ai bien aime l'intervenante du cafe Lundi 25... Elle etait claire... Bien sür, j'étais d'accord avec elle sur les psys car je connais des personnes qui sont en analyse pendant des annees et qui ne s'ameliorent pas...

Mon experience de la vie est qu'il faut de la volonte dans tous les domaines et que psychiquement il faut vouloir s'en sortir par soi-meme .

Là où je ne la rejoignais pas est lorsqu'elle dit qu'il faut passer à autre chose apres une blessure amoureuse ... "Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas" et même en essayant de se raisonner, cela prend du temps .

Il est très bien d'avoir des participants en opposition ; je pense que c'est le but du café... Ce qui est important, c'est de laisser la libre expression et c'est ce que tu fais... Moi je trouve que tu animes bien les debats.

Et enfin le lieu est le plus agreable parmi ceux que j'ai connus jusqu'a present ... Tant qu'au cocktail rapport qualite/prix c'etait tres bien...

Écrit par : Fanny Dusol | 2008.02.27

J'ai adoré son intervention parce que je dois être comme elle l'avait merveilleusement decrit :"une grenouille qui regarde plus le ciel étoilé que la marre"... Quelle aubaine d'entendre parler de l'amour de haut vol et de la divine blessure. Une insolence et une ferveur digne des "fidèles d'amour".. Ca change de toutes nos petites histoires rétrécies... Quelle bouffée d'air pur, d'infini et de liberté...
Merci à Jacqueline KELEN, une grande d'âme...

Écrit par : Nathalie Sangrio | 2008.02.27

Bonjour

J'ai beaucoup apprécié la conférence hier et les échanges qui ont suivi. J'ai vraiment trouvé cette soirée très riche et passionnante.

J'en retiendrai :

la nécessité impérieuse de vivre, de prendre le risque d'aimer, même au prix de la souffrance. Que la souffrance est inhérente à la vie et qu'à trop vouloir s'en protéger, on risque de ne pas "Vivre" avec un grand "V"

Que l'amour est une valeur immense, un ciel, étoilé, trop grand pour être emprisonné ; et qu'il est difficilement compatible avec la sécurité ("qui est prêt à perdre une parcelle de liberté pour gagner une parcelle de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre")

Que nos blessures ne doivent pas nous enfermer ; qu'elles sont des appel d'air.

Que nous devons aussi sortir de notre égo (de la grenouille qui dit 'et moa et moa') et arrêter de ressaser le passé (que le manque d'amour d'enfance est une donnée de base à intégrer, tout comme on a à intègrer qu'on est grand, petit, beau)...; la thérapie "coup de pied" est une notion qui m'a bien parlé. Qu'il faut sortir de ce moi infantilisant qui réclame de l'amour sans cesse. Et que c'est en donnant, en aimant qu'on y arrive ;

Que les personnes qui nous ont blessées ne valent même pas qu'on parle d'elles. Que nous devons nous en libérer ;
Que l'amour est une valeur du coeur, engageante. Qu'on ne doit pas la brader ; qu'il est normal que nous ayons à ce niveau un certain niveau d'exigence ;
Que le vrai amour ne passe pas ; c'est le sentiment amoureux qui peut être fugace ; qu'à nos âges, nous devons être en mesure de faire la distinction
+ bien d'autres choses encore ;


J'aurais aimé aborder avec elle deux points :
Son côté "contre Psy" et son point de vue : "pas besoin de psy, il suffit d'aimer" : même si son côté excessif m'a poussé à réfléchir, j'aurais aimé pouvoir lui dire qu'aimer n'est pas donné à tout le monde, et en tout cas pas aux personnes trop abimées à la base (dès l'enfance). Et qu'il faut pour certains d'entre nous beaucoup de temps pour être capables d'aimer. Qu'elle avait eu de la chance de pouvoir y arriver sans aide externe...

Si l'amour est cette valeur immense, est elle compatible avec une vie en couple, par essence réductrice ?
Le pardon : il est nécessaire j'en suis convaincue. Car pour appliquer ce qu'elle disait (oublier les personnes blessantes et passer au delà), il faut avoir pardonné... sinon la blessure et la souffrance sont toujours là....

A bientôt !

Emmanuelle.

Écrit par : Emmanuelle Carrière | 2008.02.27

Évidemment, c'était peu joyeux et son point de vue était, pour moi, assez culpabilisant.
Elle a raison d'être comme elle est, mais elle semble avoir plein de défenses ; c'était très universitaire et l'ambiance était moins conviviale que d'habitude ; le lieu est agréable par contre !
Amicalement
Marie-Amélie

Écrit par : Marie-Amélie Robloch | 2008.02.27

Salut Bénédicte,


Une grande soirée!

Je peux mettre en parallèle la soirée de lundi dernier avec celle de Frédéric Lenoir. En revanche,lundi,je ne me suis senti acteur,nous sommes restés assis. C'est un peu dommage.
J'étais en accord avec Jacqueline Kelen sur les psys que l'on consulte trop. Je connais dans mon entourage des gens qui sont en analyse depuis une quinzaine d'années et leur mental ne s'améliore pas, au contraire,ils s'enfoncent. Jacqueline conclut en disant qu'il faut se donner un coup de pied aux fesses,qu'il faut sortir de soi-même: c'est vrai. Ce n'est pas évident, rien est évident. J'ai pu constater que la blessure est une chance de transformation et plus rien est comme avant.Elle rend plus fort et plus fragile.
En arrivant,j'ai parlé avec Jacqueline et ai acheté un de ses livres sur Marie-Madeleine qui s'intitule: " Les sept visages de Marie-Madeleine". Oui, j'ai passé une très agréable soirée et Bénédicte sois- en remerciée du fond du cœur.
J'ai sympathisé avec de nouveaux visages et, ce petit dîner où l'on grignote,rapproche.
Encore merci à toi ainsi qu'à Jacqueline.

Bien à toi

Bruno.

Écrit par : Bruno Cames | 2008.02.27

Bonjour Bénédicte, et bravo ; c'était une soirée de très haut niveau, et remarquablement organisée.

Une seule réserve légère à propos de J.Kelen : tout à fait Ok pour ce qu'elle dit de l'addiction à 15 ou 25 ans d'analyse et au rabachage "papa/ maman", Ok aussi pour avoir l'oeil sur le ciel étoilé plutot que sur la mare aux grenouilles.... N'occultons par toutefois le fait que, de même que tout être n'a pas - si je puis dire - spontanémént la spontaneité d'être spontané (!), chacun n'est pas - de naissance - apte à lever les yeux au ciel.

Alors, se prendre par la main, bien sûr, mais ce n'est pas une mince affaire pour tout le monde : c'est là que le coup de main d'une thérapie est souvent utile...

Hélas trois fois hélas, je ne serai pas là le 10 (ski).
Vous embrasse Guillaume

Écrit par : Guillaume Delcourt | 2008.02.27

Bonjour chère Bénédicte,

Je réagis avec plus d'émotion que d'habitude...

Avant de commencer, j'insiste sur le fait que cette soirée fut importante et utile, bien que si loin de l'esprit habituel du KF !!
Oserais-je dire que c'est grace à une soirée comme celle-là que l'on apprécie encore mieux toutes les autres... On "s'habitue" si bien à ce qui est beau, nouveau innovant, surprenant, hors des sentier battus, avec comme règle constante, le respect, ce respect de soi même des autres qui fait si souvent défaut ....

Donc, cette fois, 25 février 2008, changement d'ambiance :
100% conférence, le c.. posé sur un coussin sans discontinuer. Aucun mouvement, aucun échange entre participants. Heureusement, 2, 3 interventions orales... Ca, ce n'est pas l'esprit KF, mais c'est ce qu'à généré Madame Kelen.

La lecture des "petits papiers" : Quand cela ne lui plait pas, passage immédiat au mode jugement, sinon silence ou courte approbation non "ressentie".

De la caricature pour ne pas dire du ridicule : en matière d'amour seules les femmes "savent" (les gentes dames....) pas les hommes... Serait-elle "mal tombée" une fois dans sa vie ??? Mais d'ici à en faire une généralité !!!!!

Alors comme ça, le bonheur de vivre 2 regards qui fondent, 2 coeurs qui se mettent à battre plus vite, sans savoir qui a commencé et pourquoi, c'est une démarche "intellectuelle", c'est du raisonnement ??? Pauvre nana, tu ne sais pas à coté de quoi tu passes !!!

Ouh là là, mais que t'as donc fait la profession psy pour que tu lui en veuilles autant ???
Evidemment à la question "Avez-vous fait vous même une thérapie ?" La réponse fut NON !

Situation archi connue de tous ceux (celles) qui savent que les plus virulents "contre" (les thérapies, le travail personnel etc...) sont ceux (celles) qui en ont le plus peur !!

Quand à au Moyen âge, où exception faite d'une petite minorité, l'essentiel de la population consacrait ses forces quasiment exclusivement à se nourrir, il est invraisemblable d'entendre qu'ils étaient heureux sans psy....

J'arrête là (au fait, je ne suis pas psy du tout, seulement un ingénieur bassement technique !!!)
A la fin de cette conférence, on comprend mieux, Madame Kelen pourquoi votre attitude certes blessée mais pas de manière divine, est si sèche et rigide

Frédéric

Écrit par : Frédéric Padovani | 2008.02.27

J'ai adoré Jacqueline Kelen, il faudrait plus de gens comme elle qui réveillent et qui font réagir, qui nous confrontent à toutes les histoires que nous nous racontons par manque de courage. Elle est excessive? Tant mieux. Elle est courageuse, libre et rebelle.

L'endroit est superbe, j'espère et j'aimerais que les cafés de l'amour aient tous lieu dans ce cadre ouvert, propre et neuf.

N'ai pas peur d'inviter des gens "choquants" meme si c'est pas bon pour le business, je te remerçie mille fois pour les risques que tu prends, j'aime beaucoup tes soirées.
Samantha

Écrit par : Samantha Delrio | 2008.02.28

Simplement merci pour votre dynamique à créer des évenements et des rencontres.
Lundi, l'idée de mettre des papiers avec sa souffrance était extra.
Le sujet "divine souffrance" et important, difficile à balayer complètement. Il y a la souffrance de l'apprentissage de l'homme, la souffrance de passer de l'enfance à l'homme responsable, souffrance de ne pas rencontrer l'âme soeur.

Certes, c'est à soi-même d'exprérimenter sa propre solution pour que la souffrance soi supportable, mais une thérapie, des rencontres, des enseignements ne sont pas à négliger.

Si la psychanalyse qui tourne en rond sans résultat est peut être à bannir, car pas assez pro active pour certains type de caractère, je ne pense pas qu'il faille se séparer de toutes les thérapies existantes ; ce sont autant d'axe de recherche pouvu que l'on en abuse pas, ou que l'on soit passif

Je pense que toute expérience est bonne à prendre pourvu que l'on apprenne, et découvre notre nature profonde.

Amour.

Écrit par : Edouardo Lopez | 2008.02.28

Bonjour Bénédicte

Retour soirée du 25/02 avec Jacqueline Kelen:

J'ai ADORé !!!

Jacqueline kelen est une personne magnifique de beauté intérieure et d'intelligence. Elle a d'énormes connaissances qu'elle sait utiliser à bon escient et qui rendent ses propos passionnants (je l'aurais écoutée encore des heures). Tant pis si elle a "choqué" certains: ses propos sont construits et réfléchis.

j'ai apprécié aussi qu'elle ait le temps de parler un long moment (sachant que tout le monde pouvait intervenir soit par les questions anonymes sur papier soit oralement) car j'ai assisté à des soirées durant lesquelles des intervenants passionnants eux aussi n'avaient pas eu le temps de beaucoup parler en raison d'animations qui prenaient trop de temps à mon sens et n'apportaient pas grand-chose (juste milieu à trouver).

En tout cas, chaque fois que je suis venue, j'ai trouvé le choix des intervenants très judicieux: tous des gens plein de qualités qui m'ont apporté quelque chose (et j'ai acheté plusieurs livres).

Voici mon avis pour aujourd'hui par rapport à ce que j'ai vécu.

Donc je reviens dès que je peux !!! (pas toujours le temps je le regrette)

A bientôt donc et avec mes meilleurs sentiments.

Écrit par : Lucille Danzieu | 2008.03.12

L'initiative de cet espace est plaisante, vraiment.

Je regrette d'avoir raté Mme Kelen, dont j'apprécie la lecture depuis une bonne dizaine d'années ...

Écrit par : AnT | 2008.03.30



Les commentaires sont fermés.



Déjà plus de 900 abonnés twitter suivent le Café de l'Amour !