Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intervenants récents

Elsa Cayat, Les enjeux cachés de la sexualité masculine : le désir et la putain

Elsa Cayat était au Café de l'Amour à Paris le 10 mars 2008.
e94b82e7744756c69441b3fee202c6a8.jpg
LES ENJEUX CACHÉS DE LA SEXUALITÉ MASCULINE : LE DÉSIR ET LA PUTAIN
Quelles intrications entre sexualité et amour ?

Selon Elsa Cayat, malgré l'omniprésence médiatique de la sexualité, celle-ci n'est guère sortie du tabou qui jadis l'étouffait. Autours du sexe, cohabitent deux mondes : l'un, merveilleux et imaginaire, extrêmement exalté, source d'une très puissante attraction et l'autre, plus souterrain, pétri de répulsion et de dégoûts.

Et si ces ces deux faces se découvraient comme l'avers et l'envers d'une même médaille ? 

Ce lundi, Elsa Cayat nous a parlé de la difficulté à exprimer ses désirs et par là, son propre plaisir face à l'autre. Elle a expliqué quels enjeux de pouvoir et derrière, quels mécanismes, se rejouent entre les hommes et les femmes, sans paroles, sur la scène du sexe.

*Elsa Cayat est pyschiatre, psychanalyste. Elle a déjà écrit ; "Un homme + une femme = quoi ?" réédité chez Payot en 2007. Son dernier livre, "Le désir et la putain" a été publié à l'automne, chez Albin Michel.
 

 

Texte de Gilles, notre poète : Café amour 10.3.8.doc

2008.02.26 01:35 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook | |

Commentaires

Juste pour te dire que je ne reviendrai pas à une conférence avec Elsa Cayat :
trop intellectuelle et déconnectée pour moi, vulgaire, se cachant derrière cheveux et lunettes ; j'ai ressenti bcp de certitudes et peu d'espace pour le dialogue, et puis les gens qui parlent de ce qui ne connaissent pas... Anna Karénine a certes été écrit par un homme, parler du plaisir féminin n'est peut-être pas impossible pour un homme et réciproquement, mais cela demande un travail très approfondi que je n'ai pas perçu chez elle.
Ex : motif des hommes qui vont voir les prostituées : "pcq elles représentent le fantasme d'une sexualité réflexe dont ces hommes rêvent".
Quelle ineptie de mon point de vue !
A la lueur de ma propre expérience et de celles d'amis :
- les hommes qui vont voir des prostituées ont (avaient quand ils y allaient) dans la majorité des cas (intégralité de ceux que je connais) une sexualité réflexe (impulsive). N'en fantasment pas puisque c'est précisément leur réalité !
- les mecs qui au contraire ont une fragilité à ce niveau et qui pourraient fantasmer d'une sexualité réflexe fuient précisément les prostituées et cette sexualité mécanique, désaffectivée.
- le trip des mecs qui vont voir les prostituées est souvent simple et de 2 ordres :
1) solution de facilité, ou de recours en cas de misère sexuelle (non rejet par la femme garanti (par l'argent)).
2) solution de non complication affective ; donc soit pour les mecs peu sentimentaux, ou soit comblés sentimentalement mais éprouvant le besoin d'expérimenter des nouveaux corps, de satisfaire des pulsions purement physiques.

Écrit par : Renaud Delmotte | 2008.03.11

Bénédicte,bonjour.



Je n'ai pas été conquis par la conférence d'Elsa Cayat. Son livre est sûrement bien fait,mais elle n'est pas une oratrice. Elle se cache derrière ses lunettes et ses cheveux en mettant une vulgarité étudiée: c'est très dommage.
Je ne partage pas d'accord ses arguments concernant les hommes qui vont voir des prostituées: cherchent-ils simplement un peu de tendresse ? les hommes qui vont voir des prostituées pensent que ces dernières sont plus disponibles que leurs femmes: grossière erreur ! Il est inutile d'intellectualiser la démarche de l'homme.
Bénédicte, tu as bien animé la soirée. Tu as été bien utile en dirigeant Elsa.
Je te dis encore un grand merci pour ton animation qui s'est terminée par la méditation d'amour tellement attendue.
Du fond du cœur, je te tire ma révérence.

Bien à toi

Bruno.

Écrit par : Bruno Cames | 2008.03.11

Lorsque j'ai décidé de me rendre au café hier soir je pensais y retrouver une amie qui m'avait juste envoyé un e.mail avec l'invitation et le commentaire suivant : Voilà une idée !

Comme je me trouvais à Paris hier soir j'ai approfondi "l'idée".

Je n'avais aucune idée préconçue avant de venir et me suis rendue à l'invitation dans l'accueil le plus total.

x, mon interlocuteur de la soirée, m'a bien expliqué avant que cela démarre le rythme d'une soirée et a été un très bon binôme.

Mes impressions :
Bonnes :
Excellente idée de mettre à nu au sein d'un auditoire varié (avec des tranches d'âge différentes) un sujet de société qui intéresse et concerne tout un chacun.
Bonne initiative de rendre l'exposé interactif.
Impression de sincérité et tolérance des sensibilités des auditeurs, c'est agréable.

Moins bonnes :
Thème de l'exposé d'hier soir n'a été abordé véritablement que pendant quelques minutes et c'était dommage, on aurait aimé en savoir plus sur les enjeux cachés de la sexualité masculine vus par un psychiatre.
L'exposé d' E Cayat n'était pas assez enlevé et préparé et vous avez eu la crainte, dès le démarrage un peu "recroquevillé", d'une conférence sans piquant ; alors vous avez cherché à dynamiser et créer un débat, là où on attendait matière à réfléchir et analyser. La suite s'en est trouvée détournée et un peu atrophiée.

C'est difficile de lâcher-prise quand on a le sens des responsabilités, c'est une sacrée acrobatie mentale !

Bien sincèrement et au plaisir de vous retrouver à une autre rencontre.

Écrit par : Laurence Duruy | 2008.03.11

Bonjour Bénédicte,

Vous étiez géniale. J'ai bcp apprécié votre aisance dans la prise de parole ainsi que l'orientation de la discussion. Par contre, l'intervenante ne m'a pas bcp branchée et j'ai l'impression que je n'ai pas appris grande chose d'elle. L'ambiance était chaleureuse et sympa et la participation du public dans la discussion était, dès fois, enrichissante. Vous avez très bien respectée le timing. A refaire et à recommender votre café.

Cordialement

Samantha

Écrit par : Samantha Cyrus | 2008.03.11

Bonjour Bénédicte,

Soirée qui m'a permis - contre toute attente - d'éclairer quelques-uns de mes démons.
Je ne sais quand je reviendrai - habite assez loin - mais je reviendrai.

Merci encore de cet accueil,
Yvan

Écrit par : Yvan Dautin | 2008.03.11

C'était particulier. Ça a mis un petit temps à prendre son sens, notamment parce qu'il me semble que parfois, les intervenants n'ont pas de plan de progression assez précis de leur intervention.

Mais au final j'ai trouvé son propos très intéressant, en dépit d'une forme peu engageante parfois. En effet, elle est restée assise et un peu ramassée sur elle même et elle a passé la majeure partie de son temps de parole à s'adresser directement à toi au lieu de se tourner vers l'assistance.

Elle m'a paru néanmoins intelligente et intéressante, juste peu encline à faire des concessions sur la représentation.
Côté salle, j'ai l'impression qu'il y avait moins de lumières qu'avant, et c'était mieux.

Je pense que la mise en scène peut être améliorée, même si je n'ai pas de solution à proposer. La place de l'intervenant dans l'espace doit pouvoir être améliorée. A l'heure actuelle, l'intervenant est du côté de l'entrée, c'est à dire avec un espace vide et ouvert derrière lui. Je trouverais plus agréable pour ma part qu'il soit adossé à quelque chose de fixe, "solide". Y a-t-il une possiblité de fermer par un rideau (ou même un simple voile) la baie qui donne sur les champs ?

Côté public j'ai été un peu déçu par le comportement de certaines personnes hier soir. De mon côté, il y a eu un groupe de 4 personnes à ma droite (assis le long de la banquette contre le mur) qui n'ont pas arrêté de discuter tout au long de l'intervention. C'était assez pénible. Comme il y avait la dame brune entre eux et moi, je n'ai pas osé dire quoi que ce soit, mais si j'avais été à côté d'eux, je crois qu'ils m'auraient suffisamment énervé pour que je leur demande, peut-être un peu agressivement, de se taire.
La blague dite par je ne sais qui sur Moshé Dayan était idiote dans ce contexte. Mais cela tout le monde l'a compris instantanément.

La personne que tu m'as confiée pour que je la briffe venait pour la première fois. Elle a commencé par être très déçue et a trouvé que "ça volait bas". Mais à la fin elle a reconnu que le fond était intéressant, en dépit d'une forme (intervention un peu décousue, comportement des gens pas toujours très intéressant ou poli) un peu décevante. Elle a trouvé que finalement elle avait passé une soirée intéressante.

Écrit par : Emmanuel Chapuis | 2008.03.11

J'ai beaucoup aimé l'intervention d'Elsa j'ai même acheté un de ses livres..

Écrit par : Séréna Huntz | 2008.03.11

Beaucoup de participants étaient déstabilisés par l’approche psychanalitique et le manque de mode d’emploi, moi ça m’a fait rire et passionnée ! Mon voisin a bien dormi, mais beaucoup ont fait beaucoup de bruits, le respect de l’écoute n’était pas au RV,
A bientôt

La salle m’a plus, et le concept repas en bavardant ensuite avait l’air très sympa... Je me laisserai tenter très bientôt,

Écrit par : Stéphanie Haffa | 2008.03.11

L' Ice Bar est bien avec un buffet convivial qui porte aux échanges.
Par contre Elsa est trop théorique et pas assez concrète dans ses exposés qui restent trop au niveau des idées mais pas assez au niveau du vécu corporel.
Les débats partaient dans tous les sens sans que je puisse percevoir un enseignement pratique pour améliorer ma sexualité.
Les exercices ont permis des échanges verbaux mais en restant un peu sur sa faim dans l'approche de sa partenaire.
Ce fut quand même une bonne soirée avec de bonnes rencontres.

Écrit par : Philippe Dumont | 2008.03.11

Pour etre honnete j'ai ete decue par Elsa... Premièrement, je n'ai rien appris... ensuite je l'ai trouvée parfois hésitante et peu sûre d'elle dans ses réponses...

À mon avis, lorsque l'on s'adresse a un auditoire, il faut se lever, regarder l'ensemble de la salle, s'adresser aux personnes mais elle est restee vissée sur son tabouret et elle se tournait toujours vers toi...

J'espère ne pas être trop dure, mais c'est ce que j'ai ressenti.

Ensuite je ne suis pas restée pour discuter avec les autres, car j'avais un début de laryngite/pharyngite .. ...
Bien a toi

Écrit par : Nathalie Delarue | 2008.03.11

Bonsoir Bénédicte,

J'ai bien apprécié la soirée d'hier. Le sujet a été bien développé par Elsa ; et j'ai apprécié sa disponibilité pour répondre aux questions individuelles après la conférence débat. Les discussions, commentaires et échanges complétaient bien le sujet dans une bonne ambiance.
Pour les échanges individuels, on avait chacun choisi un premier partenaire pour le premier exercice. Pour le deuxième exercice, j'aurais voulu changer de partenaire, mais je crois que la majorité restait avec le même partenaire; je ne sais pas si vous pouvez nous proposer et nous aider à changer de partenaire pendant la soirée; je trouve que c'est plus amusant et plus enrichissant .

Les prochains sujets annoncés m'intéressent beaucoup.

A bientôt

Brian

Écrit par : Brian Charvet | 2008.03.12

Mes impressions sur cette première soirée :

- bravo pour votre animation, votre présence
- l’intervenante m’a laissée perplexe : drôle de personne qui, tout en disant que tout est signifiant, se montre voûtée derrière cheveux et lunettes et est visiblement en grande dépendance du tabac… Elle a dit des choses intéressantes, d’autres enfonçaient des portes ouvertes…
- c’est assez émouvant de traiter ces sujets de cette façon
- j’ai passé une soirée très inattendue, conviée à la dernière seconde par x et y que je rencontrai une heure et demie avant…
Je reviendrai, sans doute pas tous les lundis, mais très volontiers

Écrit par : Juliette Boisrivaud | 2008.03.12

" Et bien voyez-vous, contairement à Elaine Kibaro qui ne donne que des recettes de bonheur commun, qui affirme des croyances, qui fait seulement de la suggestion à très bon marché pour âmes puériles fragilisées, avec Elsa Cayat nous abordons des représentations hautement plus abstraites. C'est le discour du psychanaliste... abrupte et nécessairement choquant.
C'est difficile d'être d'accord avec toutes leurs élucubrations qui vont à l'encontre du flux de nos pensées habituelles, et pourtant l'acceptation de la contradiction est souvent une ouverture. On peut ainsi concevoir des éléments de réponses à des questions comportementales anciennes et trouver des clefs pour accepter en fin de compte des situations d'ordinaire génantes. En matière de sexualité humaine, il y a beaucoup à dire évidemment. Et c'est pour cela que j'ai acheté un de ses livres.
Avec la psychanalyse Il n'est plus question de croyances, de points de vue, d'affinité, de vérités, de notions exactes ou fausses, mais on essaye de toucher du doigt, de conceptualiser des automatismes inconscients de notre individualité dans l'existence. C'est un drôle de travail.
J'ai apprécié Elsa aussi en tant que personne car elle est précisément quelqu'un qui aurait l'honneteté intellectuellle d'écouter et de réfléchir à la contradiction si elle est correctement argumenté.

Pour la petite histoire, et juste pour bien mettre l'accent sur le fait que le point de vue psychanalytique est bien souvent contraire au sens commun. J'ai fait des études d'infirmier il y a 15 ans. Nous avions un professeur de psychologie qui était aussi psychanaliste. Il nous avait dit que les femmes qui choisissent le métier d'infirmière, le font pour avoir une domination sur les autres et en particulier sur les personnes avec un état de santé fragile, afin de pouvoir être le témoin de leur souffrance et la gérer selon leur bon vouloir. Autrement dit accomplir un désir plus ou moins sadique, donnant la possibilité de torturer subtilement les gens avec une pleine reconnaissance sociale. Le mythe de l'infirmière dévouée est une façade et une création sociale assez ressente du aux conflits pour rassurer les soldats.
Quand j'ai entendu cela j'étais scandalisé. Et puis je me suis dit "peut être ". Et aujourd'hui, après avoir rencontré, discuté et travaillé avec des centaines d'infirmières, je sens qu'il y a quelque chose de vrai dans cette idée. "

Écrit par : Pascal Pallière | 2008.03.12

Bonjour Bénédicte !

...merci pour ta dernière soirée avec Elsa Cayat.

Bravo d'abord à toi, pour avoir su gérer ce débat face a une intervenantequi semblait ne pas avoir trop l'habitude d'intervenir en public... C'était très embrouillé au début et on souffrait pour toi !

Mieux sur la fin cependant, avec notamment la problématique du contrôle et de lacher-prise lors de l'orgasme...

Je pense cependant que l'on est un peu passé à côté d'un débat qui paraissait pourtant très prometteur sur la sexualité "cachée" des uns et des autres...

La porte d'entrée évoquée dans le titre - la prostitution - a été refermée un peu trop rapidement... Probablement parce que "ça dérange".

Pourtant quel matériel de choix quand on essaie d'approcher les différences et parts cachées (inavouables ?) entre hommes et femmes en matière de sexualité...

A partir d'un constat très simple : pourquoi sont-ce seulement les hommes qui ont recours à la prostitution ? Répondez-y et vous aurez beaucoup avancé sur la question générale des identités sexuelles...

De simples "pulsions" que les femmes - plus portées sur des pulsions de pains au chocolat (!?) - n'auraient pas ?
Cela me parait un peu réducteur et c'est certainement plus complexe que cela...

Une question d'un intervenant anglophone en ce sens (pourquoi les femmes -ou si peu - n'ont pas recours aux service de prostitués) à d'ailleurs été posée ..
Elle a été un peu vite éludée... Dommage !

Si tu ne l'a pas déjà fait, ce débat - un peu dérangeant et à risque peut-être je te l'accorde - sur le regard et l'approche qu'ont les hommes et les femmes du Café de l'Amour sur
les relations prostitutionnelles, et par extension toute relation sexuelle consentie "avec contrepartie matérielle", reste à faire.

Vaste débat qui à mon humble avis devrait déplacer du monde...

bises et à bientôt !

Écrit par : Axel de Chantérac | 2008.03.12

Merci pour cette soirée d'hier; ce fut très intéressant ; le lieu est très agréable et vous fûtes très accueillante. Que demander de plus ? J'ai appris, encore bcp à apprendre; ainsi va la vie.

A bientôt,

Bien amicalement,
Mathilde

Écrit par : Mathilde Lelouch | 2008.03.12

Bonjour,
C'était bien et très agréable dans l'ensemble.
Ca aurait été mieux si on avait pu passé de temps en temps un mot entre deux thèmes.
En première fois à cette nouvelle adresse, c'était beaucoup mieux (meilleurs réception générale).
Pascal

Écrit par : Pascal Helmer | 2008.03.12

Elsa CAYAT

Intervenante particulière !


Son sens de la formule à pro-peau, ses explications mécaniques m'ont permis de mesurer la distance parcourue sur le chemin du café.

L'enthousiasme aguichant des participants a trouvé écho sur le même timbre à l'être animateur.

Heureusement, un petit joyau a percé l'espace. Une passerelle entre l'animus et l'anima, entre aimer le plaisir et le plaisir d'aimer s'est déployée pour que la rencontre puisse se faire.

Ces cahiers de bouillons que tu nous offres sont toujours un ravissement dont je ne me lasse de découvrir.

De faire sens à soi à faire sens à si on s'aperçoit que l'on se séduit soi-même, préalable indispensable à l'amour de soi donc des autres.

Continue !

Hervé

Écrit par : Hervé bertrand | 2008.03.13

c était une bonne soirée , avec une intervenante dynamique et passionnée .
J ai beaucoup apprecié le nouveau cadre, clair et confortable.
Et ma voisine était tres agreable ...
A bientot.
Jean

Écrit par : Jean Reynaud | 2008.03.13



Les commentaires sont fermés.



Déjà plus de 900 abonnés twitter suivent le Café de l'Amour !