Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intervenants récents

Valérie Colin-Simard, Et si les femmes s'éveillaient aussi...

Valérie Colin-Simard était au Café de l'Amour à Paris le 16 juin 2008.

16e27b4db638448e8883291962fa14a5.jpg

ET SI LES FEMMES S'ÉVEILLAIENT AUSSI...
À leur plaisir, à leur sensualité, au lâcher prise, à l'abandon ?

Quarante ans après mai 68, la gente masculine s'interroge : le féminisme n'aurait-il apporté aux femmes que le droit d'être des hommes ? Dans de nombreux domaines, et particulièrement en amour, comme eux, elles se montrent actives, conquérantes, dominatrices parfois...

Perdus par tant de bouleversements, ces derniers ignorent souvent comment aborder, séduire, entreprendre, voire décoder leurs (futures) compagnes, leurs égéries, leurs amantes.... A les entendre, elles n'assument pas leur vulnérabilité, leur éventuelle dépendance et, sacrilège, ne savent pas toujours recevoir.

Lundi, au café de l'amour, Valérie Colin-Simard a contribué à ce que nous osions le féminin pour que les hommes nous comprennent davantage. De mises en situations en interactions, elle a décliné quelques grands principes du féminin dont l'intimité fut le fil conducteur. Créativité, désir, émotions, douceur, joie, écoute, bref toutes les facettes de l'amour furent, nous l'espérons, au rendez-vous..

Valérie Colin-Simard est aujourd'hui psychothérapeute. Journaliste pendant vingt ans (CANAL+, TF1, M6, ELLE, Psychologies magazine), elle a déjà écrit 6 livres dont "Pères aujourd'hui, filles de demain" chez Anne Carrière et "Nos hommes à nu" chez Plon. Son dernier ouvrage : "Quand les femmes s'éveilleront..." vient de sortir aux éditions Albin-Michel.

Article sur le livre de Valérie dans Psychologies Magazine de juin 2008.

3a7dcf075b61bf52781079576e65fc93.jpg


2008.06.10 21:50 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |

Commentaires

Bravo Valérie !
Et si les femmes s'éveillaient et osaient un peu plus en matière de féminin, d'amour et de sensualité...
Je suis parfaitement d'accord avec votre démarche:
Il y a effectivement un sacré travail à effectuer !

Je viens d'écrire un article interpellant ou questionnant les femmes sur le sîte de méditationfrance.com
Il s'intitule: "Appel aux femmes : Où sont passées les femmes qui osent... pour avancer dans leur sensualité, leur sexualité ?"
J'anime, avec mon mari, des stages de "TANTRA DE L'AMOUR"
dans notre propriété du bordelais.
(cf: www.francois-notter.com)
Une ouverture à l'amour de soi et de l'autre et surtout oser...
Oser autre chose que les vieux schémas de peurs et les jugements a-priori. Toutes ces disquettes mentales périmées qui ne nous aident pas, nous les femmes, à avancer... vers le meilleur de nous-même et de notre féminité. Vers nos désirs vrais et notre raffinement de femme.

En toute connivence de femme

Joëlle Notter

Écrit par : Joëlle Notter | 2008.06.11

Les messages qui nous ont été envoyés, lundi soir, sont multiples.

Les qualificatifs qui viennent à l'esprit, spontanément sont équilibre, réunion et différenciation en même temps.

Une voix calme, claire, posée. Des mots virils dans un contexte plus vulnérable.

Elle, une femme. Son masculin, un moyen pour parvenir à son féminin, à imposer et s'imposer son féminin. Son masculin est parfaitement maitrisé et elle s'en sert comme un outil, un outil à être.

Son féminin, au départ un but, puis ensuite un moyen de mieux vivre son masculin et de lui donner un sens.

Le tout est capable de s'émouvoir (le visage ouvert dans le dernier exercice), de se différencier (initiative de "travailler un peu"), d'affronter (les bruits dans le public), d'assumer (son histoire) et d'être spontanée (il y a 2 semaines dans le public)

L'un s'appuie sur l'autre et cela donne quelque chose qui erre dans le fantasme de beaucoup.

Bel équilibre en vérité et belle leçon !

Non seulement, elle prône la réconciliation du masculin et du féminin mais elle le démontre.

Sur le déroulé de ce Café, Bénédicte, il est comme toujours bien, dynamique, rythmé, décontracté, enrichissant, et tout plein de bienveillance. Ton Café a un ton, une saveur et une couleur inimitable. C'est clair, on aime ou non, pour ma part tu connais la réponse.

Hervé

Écrit par : hervé Bourdon | 2008.06.19

Je suis venue hier soir pour entendre Valérie faire une conférence ; j'ai trouvé son intervention intéressante, mais beaucoup trop courte et pas assez développée.
Ce qui m'a dérangée reste pour ma part les exercices, trop accés sur la rencontre.
Je me suis demandé si je ne m'étais pas trompée d'endroit et si les gens n'étaient pas là pour essayer de trouver l'âme-soeur.

En fait, j'ai envie de venir au café de l'amour lorsqu'il y a un intervenant qui m'intéresse et l'écouter, de facon interactive aussi.
Si je veux rencontrer quelqu'un, je vais dans certains endroits ; si je veux faire des exercices de pratique, je vais dans mon institut de coaching ; si je veux méditer, je vais dans mon groupe de médit, mais là, je venais pour écouter un intervenant point.

Bien sur, et fort heureusement des rencontres intéressantes se font lors de séminaires ou conférences de ce style, mais cela n'est pas imposé et j'aime aller vers qui je veux aller.

Donc, il est vrai qu'à l'avenir, (vu que nous avons pris un abonnement en toute confiance) je te demanderai avant quel sera le déroulé de la soirée.

De part mon activité, je suis intéressée pour entendre des intervenants sur le sujet de l'amour, l'homme , la femme mais que ce soit seulement une conférence (dans mon souvenir c'etait comme ça à Bastille)

Écrit par : Chris L | 2009.12.05

Je suis tjrs admiratif des efforts que tu fournis pour faire tourner ton Kfé.

Vraiment je t'admire. Tu es formidable et unique !

Hier je n'y étais pas complètement.
Le corps oui, l'esprit pas vraiment.

Le thème était intéressant, d'actualité, mais pas convaincant.

Les exercices pas bandants du tout (surtout le dernier) contrairement au dire de qqn. Même celui où on devait se communiquer une pensée intime. On était 3.
J'ai écouté une dame dans la quarantaine nous dire gravement qu'elle n'avait aucune confiance en elle.
C'était une belle confidence de son point de vue et j'ai ressenti de la souffrance chez elle avec de la résignation.
Je n'étais pas là pour commencer avec elle une thérapie cognitive et comportementale sur la négation de soi.
x ne savait vraiment pas quoi dire, parfaitement gênée, et moi j'ai déclaré que je n'avais pas fais l'amour depuis trop longtemps à mon gout et que cela commençait à me prendre la tête.
J'ai au moins réussi à faire rire x, mais pas du tout l'autre.

Je n'ai pas beaucoup apprécié l'intervenante faisant appel à sa vie perso : sa mère ultra féministe et la visite d'1 basilique.
Je m'en fiche un tantinet. Cela manquait à mon idée de plus de théorisation pouvant avoir réellement un impact intellectuel à partir de quoi on peut réfléchir concrètement pour soi même.
Le sujet est pourtant assez important : savoir retrouver en soi les valeurs de sensibilité, sensualité; se reconnaitre vulnérable sans s'en défendre dans la vie.
C'est pas du théâtre.
Pas trop aimé non plus la distinction systématique comme un fait établi entre les caractéristiques dites féminines et masculines.
Dépassé aujourd'hui.

Écrit par : Philippe P | 2009.12.05

Cette soirée a certainement apporté qq chose à celles et ceux commençant à cheminer à la découverte de soi. Je n'ai personnellement rien découvert de notable à l'écoute de l'intervenante, mais cela ne concerne bien sûr que moi... J'ai, par contre, particulièrement apprécié l'intervention du jeune homme à la fin de la séance, intervention qui m'a permis de me connecter à certaines de mes capacités que j'ignorais posséder. Qu'il en soit ici remercié.

Écrit par : Colin G | 2009.12.05



Les commentaires sont fermés.



Déjà plus de 900 abonnés twitter suivent le Café de l'Amour !