Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intervenants récents

Catherine Aimelet Périssol, Comment apprivoiser son crocodile ?

Lundi 7 juillet 2008 à Paris


COMMENT APPRIVOISER SON CROCODILE ?
Du bon usage de l'émotion dans la relation amoureuse

A quoi sert l'émotion ? Que se passe-t-il quand l’émotion de l’un ou de l’autre vient perturber l'idylle ?

Selon Catherine Aimelet-Périsol*, par nos projections, le partenaire devient origine de notre trouble et/ou réparateur du trouble, alors que l’émotion symbolise une demande du corps psyché* à se centrer sur soi.

On échappe pas à son "crocodile", notre cerveau reptilien qui, depuis la nuit des temps, dicte notre conduite dès que nous nous sentons menacés, et nous permet ainsi de satisfaire nos besoins fondamentaux. Mais le crocodile, bien que bavard, parle dans un langage très différent de celui dans lequel nous raisonnons : le langage des émotions. Et lorsqu'il tente de communiquer, le plus souvent, nous ne comprenons pas ce qu'il dit.

Lundi, au café de l'amour, Catherine Aimelet-périssol*, nous a aidé à décoder les messages du crocodile, ce qu'il exprime de nos manques et de nos besoins. Elle nous a donnera des clefs pour l'apprivoiser, mieux le/nous connaître et devenir, enfin, les acteurs auteurs de notre vie emmotionnelle.
f3510aef68d123e1d36679f365fb4cd1.jpg


Catherine Aimelet-Périssol*, médecin, homéopathe, exerce la psychothérapie dans son cabinet et anime des ateliers de développement personnel. Elle a déjà écrit "Aimer guérir oul a logique du corps" chez Buchet-Chastel. "Comment apprivoiser son crocodile" (2002) et "Quand les crocodiles s’emmêlent" (2005) sont parus aux éditions Robert Laffont. Son prochain livre sort le 20 octobre chez le même éditeur : "Le corps le sait". Le corps sait des choses que nous résistons à entendre et qui changeraient notre vie si nous osions les prendre en compte. Le corps nous parle d'amour et nous ne le savons pas.

Corps psyché* : espace temps dans lequel vit le corps physique, celui qui a la possibilité de "faire quelque chose" des informations sensorielles qui circulent dans le corps physique.

03f35e40438ec6c35a32ec350f1dc67d.jpg



2008.07.07 01:10 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |

Commentaires

Salut Bénédicte,

J'ai oublié la chaleur qui régnait dans cette salle. Une bien jolie soirée pleine de musique et de joie a voyagé au fond de moi, loin de la réalité. La guitare et le violon m'ont rappelé l'univers jazzy de Django Reinhardt et du violoniste Stéphane Grappelli. La musique tzigane de Nathalie et de Michel venait de leur ventre: je leur dis un grand bravo.
La peur est la base de nos émotions; d'ailleurs,toutes nos émotions sommeillent nous. Catherine m'a rassuré dans mes peurs en nous faisant vivre nos émotions à deux dans des exercices. La colère est , je crois,l'émotion la plus dure à maîtriser. Le dernier exercice toujours à deux où nous étions comme le roseau qui plie mais ne rompt pas,n'était pas sans me rappeler l'assise que l'on acquiert dans les arts martiaux pour ne pas tomber.
J'ai bien aimé la scène de ce couple où l'homme se plie en quatre pour sa femme. Arnaud et Sylvie.sont drôles et vrais. C'est amusant, je me suis retrouvé dans cette saynète où les pointes d'humour tintaient et les yeux brillaient…
Bénédicte,j'ai trouvé ce lundi soir sympa et belle la complicité que tu avais avec Catherine. Je m'incline pour te saluer. Je t'applaudis bien fort.


Bien à toi

Bises
Bruno.

Écrit par : Bruno Cames | 2008.07.10

Elle avait les crocs... Odile !

Eh bien comme Odile avait faim, je lui ai proposé d'aller manger un morceau et nous avons dîné tous les 2. Un artiste venait de lui demander un peu directement "quelle était sa demande?", alors quand elle m'a demandé si j'étais là aussi pour rencontrer quelqu'un, j'ai essayé de la jouer avec un peu plus de tact et de légèreté.

Je crois qu'au final elle m'a plutôt bien apprécié, elle aime la danse, je lui ai laissé ma carte et comme sans être un mannequin, elle n'est pas trop mal je lui aurais bien fait un bisou.

Mais c'est quand même une fille assez indépendante...


Belle soirée donc, avec une oratrice qui parlait juste, des tziganes aussi inspirés que le poète et d'excellentes cacahouètes dont je demanderai la marque...

Écrit par : Alexandre Daniel | 2008.07.17

Niveau amateur-qui-vient-de-lire-un-traité-de-neuro-physio en surestimation constante de ses compétences. Le sujet n'a pas été traité, n'ai pas noté de réponse à quelque question que ce soit, le rythme de parole était hypnotique, et la conférencière s'écoutait parler.

L'énergie de la salle ?

La bonne volonté d'un public motivé a amené ce dernier à tenter lui-même des réponses et à remplir le vide du fameux second exercice.

Les musiciens ?

Ils ont fourni en plus de leur talent un exemple d'harmonie à défaut du "traité des passions" tant attendu.

En quoi cette soirée vous a-t-elle apporté quelque chose et quoi ?

Etais présent pour faire des rencontres et situer ladite librairie pour les prochains événements.

x était présente, le poëte "maîtrisait" avec la modestie des grands, et les musiciens ont comblé l'ennui cataleptique de la soi-disant conférence. Je ne me souviens plus le prénom de la femme blonde que vous m'aviez présenté à l'ice-bar l'autre lundi , si vous vous le rappelez je vous saurai infiniment gré de me l'indiquer.

Écrit par : Bertrans Cruaud | 2008.07.17

Les cents ciels, l'essentiel... Quoi qu'on fasse ensemble, l'essentiel au départ est que le cadre soit en harmonie avec ce qui va se passer....

Exemple : Si Bhagvati Granier faisait ses stages de tantra à CHATELET ligne A à 08h30, il n'y aurait pas le même ressenti qu'en Ardèche !!!!!
Je sais, j'exagère un peu. Quoi que ????
Donc,
Une vilaine salle de classe
atmosphère étouffante vu le nombre de personnes présentes, l'absence de ventilation, donc peu propice à une énergie élevée !! (même Bénédicte fut à 80% de son régime habituel)
Catherine non mise en valeur et invisible pour tous ceux qui ont 3 couches de participants devant eux
Pas de place pour l'exercice d'où chocs dans les chaises etc... donc ce qui devait être fait est passé à la trappe pour les 3/4 des participants
Un point positif : Là au moins, la sono foctionne bien ce qui n'est toujours pas le cas à l'Ice Baär !!!
Dommage car le sujet fut passionnant, surtout pour moi qui "travaille" a rétablir ces "liens" internes au bonhomme !!!
Je ne regrette pas d'être venu parce qu'au moins, beau message quand elle exprime avec tant de conviction que les émotions sont positives et de bons indicateurs !!

Écrit par : Olivier Duranteau | 2008.07.17

Bonjour !
J'ai beaucoup apprécié l'approche de cette dame.
Je pars en vacances vendredi et ne reviens que fin juillet.
Donc à bientôt à la rentrée.
Et bonnes vacances également je suppose!!.
Philippe

Écrit par : Philippe Newman | 2008.07.17

Si vous pouviez réinviter Catherine Aimelet-Périssol après la parution de son prochain livre "Le corps se sait", je viendrai avec plaisir.

Catherine Aimelet-Périssol échange son savoir avec générosité et bienveillance. Elle est admirable. J'ai fait l'exercice dans le role de l'agresseur et tout de suite après le geste, la parole m'est venue pour dire à mon voisin qu'il valait mieux parler pour se comprendre. On peut toujours opposer une résistance à une situation qui ne nous convient pas.

Quat à Nathalie Arnoux, je l'ai vu dans "La leçon de piano". En plus de bien jouer du violon, elle a des talents de comédienne. Je n'ai jamais autant ri d'aussi bon coeur.

Écrit par : yolanta ricourt | 2008.07.17



Les commentaires sont fermés.



Déjà plus de 900 abonnés twitter suivent le Café de l'Amour !