Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intervenants récents

Colette et Daniel Roumanoff, Regarder avec lucidité ce qui est, ce que nous sommes, ici et maintenant

Lundi 11 mai 2009
9782226191045-1.gif
SWAMI PRAJNANPAD, UN MAÎTRE CONTEMPORAIN
Regarder avec lucidité ce qui est, ce que nous sommes, ici et maintenant ?



Serions-nous responsable de notre bonheur, nous seul et personne d’autre ? Nous acceptons-nous nous-même ?  Et quand nous ne nous acceptons pas et que nous nous imaginons être quelqu’un d’autre, un conflit surgit-il entre ce que nous croyons être et ce que vous sommes vraiment ? Faut-il réaliser ses désirs ?

Voilà quelques thèmes abordés dans l'enseignement de Svâmi Prajnânpad. De formation scientifique et traditionnelle, cet homme exceptionnel a opéré une synthèse Orient-Occident ; il a éclairé par de nouvelles interprétations la tradition indienne la plus ancienne de l'Advaita Vedânta et a utilisé la psychanalyse, qu'il a connu dès 1922 par les livres de Freud, pour lever les obstacles dus à l'histoire personnelle et permettre au disciple d'avancer sur le chemin spirituel.  En d'autres termes, pour faciliter le passage entre la conscience étroite, prisonnière de l'ego, et la conscience élargie dont parlent les Upanisad.

La transmission de la voie qu'il proposait passait par les entretiens qu'il donnait à ses élèves ou au travers de ses lettres. En 1959, Daniel Roumanoff* le rencontre en Inde ; il devient, avec Arnaud Desjardins, l'un des neuf élèves français de ce maître contemporain (1891-1974). Daniel Roumanoff* épouse Colette en 1965 ; ils font partie aujourd'hui des plus grands spécialistes de sa pensée.

Lundi, au café de l'amour, Colette et Daniel Roumanoff* ont évoqué  cet enseignement hors du commun. Ils ont répondruaux questions et parlé des deux livres qui viennent de paraitre aux éditions Albin-Michel : "Svâmi Prajnânpad, un maître contemporain" (le tome 2 parait début juin), présente l'enseignement complet avec les commentaires de Daniel, puis "ABC d'une sagesse", un recueil de citations emblématiques de Svâmi Prajnânpad, classées par thèmes.

Né à Paris en 1936, Daniel Roumanoff* part en Inde à la fin de ses études universitaires à la recherche d'un maître. Il séjourne auprès de Mâ Ananda Mayi, de Svâmi Ramdas et finalement de Svâmi Prajñânpad. A son retour, il étudie le sanskrit à la Sorbonne et obtient un diplôme à l’École pratique des Hautes Études. Après la mort de Svâmi Prajñânpad, il présente une thèse de doctorat sur son enseignement.

Colette et Daniel Roumanoff* ont créé récemment le site : http://www.svami-prajnanpad.org

0e22_1.JPG

«En tant qu'élève de Svâmi Prajnânpad, j'attache une grande importance au long travail accompli par Daniel Roumanoff, et je ne doute pas qu'il soit pour tous une clef... Il ne suffit pas de lire les paroles de Svâmi Prajnânpad. Il faut se battre avec elles comme Jacob s'est battu avec l'Ange, assumer le défi qu'elles nous proposent, les digérer, les assimiler, les laisser nous transformer insidieusement» Arnaud Desjardins

«Svâmi Prajñânpad, un maître spirituel de première grandeur, l'un des rares, en ce temps, qu'on puisse comparer aux sages du passé, et traçant, entre Orient et Occident, comme une nouvelle voie de l'esprit. Svâmi Prajñânpad, qui n'a écrit aucun livre, qui n'a prononcé aucune conférence, est un maître, non à penser mais à vivre, non un philosophe mais un sage... Il est le maître qui convient quand l'espérance ne convient plus. Notre maître, donc.» André Comte-Sponville



ABCp.jpg


 

2009.04.28 11:48 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook | |

Commentaires

Les questions de la salle étaient intéressantes, mais l'exposé de l'enseignement de Prajnanpad superficiel, peu approfondi, pas développé. Il fallait des bases précédents les questions, elles n'ont pas été données. Beaucoup de tergiversations, pas assez de rigueur et de matière dans l'exposé de la part des intervenants. Oui déçue, heureusement que j'ai acheté le livre.

Écrit par : Sidonie Dieuleveu | 2009.05.12

Les Roumanoff manquaient de pédagogie et n'avaient pas réellement préparé leur intervention plutôt broullionne et peu dynamique.

Il aurait fallu faire au moins un petit exercice ne serait-ce que pour une meilleure convivialité du groupe.
Le sujet de l'émotion et du sentiment était fort intéresant et c'est dommage qu'ils n'aient pas voulu embrayer sur ce sujet qui est au coeur des préoccupations du Café de l'Amour.
A bientôt dans une meilleure convivialité!

Écrit par : Francis Dupin | 2009.05.12

Je dois dire que j'ai été un peu déçu par cette conférence. Même si il n'ya pas de théorie, ou de méthode dans l'enseignement du Swami, on aurait pu imaginer une structure à la conférence. Celle-ci n'était manifestement pas préparée et sans tes questions et celle des autres... on aurait pas été bien loin ! Pour avoir lu quelques livres sur le bouddhisme, je n'ai rien appris de plus hier soir.

Voila, ce que je retiens c'est qu'on peut être avancé/ éveillé sprituellement sans être un bon orateur ou entertainer :-) Tres belle preuve de courage de Daniel de venir parler de sa maladie en public, c'est pour moi l'enseignement le plus riche de la soirée.

Écrit par : Sébastien Damoiseau | 2009.05.12

J'ai apprécié la soirée débat que vous avez animée avec "brio" hier soir , l'ami qui m'accompagnait ainsi que moi-même avons trouvé vos intervenants interêssants..... .
A bientôt
Mercedes

Écrit par : Mercedes Saudade | 2009.05.12

je suis d'habitude plutot content, je vais etre plus caustique...
Nous avions deux interlocuteurs... Par malheur, l'un d'entre eux, malheureusement malade et troublé par l'évènement, n'a pas pu exprimer sa compréhension, plus longue, plus profonde, plus digérée de son enseignement...

L'autre, plutot négative, sans doute mois impregnée, ou
differemment... et sans doute ayant une compréhension moins "intelligente" de l'enseignement du maitre...

Pourquoi ecrire un livre et refuser de repondre aux questions? par peur de partager ce "cher" enseignement? par peur de déformer la
parole du maître ? par complexe de superiorité, qui nous rendrait incapable de comprendre ? sans discours structuré et sans réponse aux questions, de mon coté, je
suis resté sur ma faim...


bon, heureusement, y'avait x... tres bien x, tout à fait mon
style... lui ferai la bise, si je la revois!
si tu as un echange avec elle, tu peux lui dire qu'elle a un nouveau fan! ;-)

Écrit par : Jérôme Langlois | 2009.05.12

Pour moi, c'était la première fois que j'allais à une de vos soirées et j'ai aimé le principe, car les personnes présentes sont ouvertes et sont à la recherche de chemins différents des dogmes religieux, même si cela fait partie d'un Tout !

Concernant la conférence proprement dite, la qualité d'élocution des conférenciers laissait à désirer....
Le sujet aurait pu être abordé différemment et surtout mieux expliqué si les Roumanoff avaient parlé de l'historicité du maître et des principes fondateurs de son expérience spirituelle. Mais je suis sûre que d'autres soirées organisées par vos soins apporteront au fil de l'eau des éclaircissements à nos questions ou tout simplement à notre curiosité !

Encore merci pour votre énergie personnelle et votre motivation communicante !

Écrit par : Aurore Mallet-Joris | 2009.05.12

C'est certain que par rapport aux autres soirées, l'exposé était confus, mais c'est tellement courageux à Daniel Roumanoff de ne pas avoir peur d'exposer sa maladie et à Colette de vouloir lui laisser la parole, c'était très touchant, une belle preuve d'amour ! Finallement l'exposé était en corélation avec la façon de procéder de leur maître spirituel mais on n'a simplement pas l'habitude.
En tout cas, j'en ai retiré quelques idées de sagesse à essayer d'appliquer dans notre vie, et c'est l'essentiel, de s'enrichir à chaque soirée, et toujours des rencontres sympatiques. Catherine Legendre

Écrit par : catherine legendre | 2009.05.13

Soirée tout à fait particuliére
1- Le début des expliquations fut trés difficile, mais en fait sans importance, l'essentiel était ailleurs. J'ai retenu au moins une chose : tous les problémes qui nous rencontrons doivent nous permettre de réfléchir afin de rebondir.
2- J'ai eu la chance de croiser deux femmes.
La premiére, je la rencontre de temps en temps et c'est toujours un vrai regal de la voir.
La deuxiéme, je l'avais déjà vu et là nous avons échangé sur la voix.
Bruno

Écrit par : Bruno | 2009.05.14

Réponse un peu tardive...

J'ai été déçu par le contenu de ce café : La question "émotions/sentiments" a, à mon sens,
été esquivée. La question "Faut-il vivre ses désirs" n'a pas été développée comme je l'aurais souhaité. Ma proposition que les Roumanoff parlent de leurs lyings n'a pas comblé mes attentes.

Ceci dit, j'ai été touché par la rencontre avec Daniel R et son Alzeimer, que j'ai senti dans un parcours vrai et me suis ouvert à accepter cette soirée comme elle était.

J'ai aussi apprécié des échanges avec des participants après la conférence.

Écrit par : Boris Balincourt | 2009.05.19

C'était une agréable soirée. Les échanges étaient nourrissants. Le bruit m'a gêné au début. Encore que maintenant je me sens souvent en communion avec à peu près toutes les situations même les plus "désagréables". Je ne fonctionne pas au coup de foudre. La phrase "Je suis nul et personne ne m'aime........" dite par Daniel m'a interpellé. Votre prochaine soirée sur le chamanisme m'intéresse mais "malheureusement" le lundi je ne suis pas libre avant 21 h sauf exception.

Écrit par : Emmanuel Heine | 2009.05.19

Accueil toujours sympa, salle chaleureuse avec un public qui semble se connaitre de plus en plus (je n'étais pas venue depis plusieurs mois) et en mm temps qui se renouvelle.
Soirée intéressante par la diversité du public.
Présentation du livre : passionante et surtout touchante par le courage de cet homme.
Merci

Écrit par : Natacha Ardhouin | 2009.05.19

Globalement j'ai trouvé la soirée intéressante. J'ai trouvé Daniel bien courageux de continuer à donner ses conférences connaissant sa maladie. J'aurais aimé qu'il nous prévienne dès le début .. on aurait mieux compris mais c'était sans doute difficile.
Une des choses qui m'ont interpellées : "Daniel = denial : ça m'a parlé, comme un coup de poignard" etc ..
J'ai rencontré un homme sympathique, à l'écoute : x
J'ai apprécié.

Écrit par : Chantal Lermignac | 2009.05.20



Les commentaires sont fermés.



Déjà plus de 900 abonnés twitter suivent le Café de l'Amour !