Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Christophe Faure, Ensemble mais seuls

Lundi 25 mai 2009




ENSEMBLE MAIS SEULS
Anticiper, prévenir, apprivoiser le sentiment de solitude dans la relation amoureureuse



On s’aime, on y croit et puis, après la sortie de la fusion amoureuse, un sentiment de solitude, insidieux malaise, s’installe quelquefois. Voile passager ou pénible réalité quotidienne ? Que signifie cette solitude ? Comment y faire face et négocier le virage post lune de miel ?

Pour Christophe Fauré*, le lien avec l’autre s’est probablement un peu rompu, faute de s'être en partie coupé de soi-même. Une fois les repères pris, les stratégies de séduction abandonnées, l'histoire paraît acquise. Ainsi, de très jeunes couples évoluent dans une solitude effroyable à 25 ans ; d’autres découvrent à 50 ans une solitude construite par usure, ennui, manque d’attention à l’autre et à ses propres besoins.

Accepter sa solitude fondamentale, c’est retrouver en soi, quelque chose qu’on n’a pas l’habitude de rencontrer dans notre société, où le bonheur vient de l’extérieur (du couple, des vacances aux Seychelles, de la consommation…). Plus cette partie est habitée, moins on demande aux autres de nous remplir.

Lundi, au café de l'amour, Christophe Fauré* a  dentifiéles origines de "cette solitude-isolement" qui peut mettre en péril la relation : les attentes déçues, l’espoir impossible de réparer les blessures du passé, le désir de fusion, l’absence d’objectifs communs… Dans un second temps, il a expliqué en quoi les hommes et les femmes se révèlent différemment concernés. Puis, autour de mises en situation interactives, il a proposé de reconsidérer ces attentes, de trouver les moyens de se reconnecter l’un à l’autre pour dépasser le douloureux sentiment d’isolement grâce à un "travail d'amour". Il nous  a invité, paradoxalement, à rencontrer, sans peur, sa solitude fondamentale d’être humain qui correspond à l’un des piliers de la relation. Libéré de leurs illusions, les deux protagonistes peuvent alors retrouver l’harmonie et préserver ce qui a été construit ensemble.

Christophe Fauré* est psychiatre, spécialisé dans l'accompagnement des personnes en fin de vie et en deuil. Il a écrit de nombreux ouvrages sur ce sujet, mais aussi sur le couple chez Albin Michel, en particulier " Le couple brisé" et, en mars 2009, "Ensemble mais seuls".  Pour écouter une interview : http://www.christophefaure.com. Pour écouter une interview : http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/etsionparlaitdamour/index.php?id=78351
ensemble_seuls-1.jpg

2009.05.19 03:15 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook | |

Le café dans le Vif Express

Le supplément week-end du vif express du 1er mai.

Scan10014.JPGScan10015.JPG Scan10017.JPG Scan10016.JPG

Anne van Stappen, Comment ajouter audace, émotion et fluidité dans sa vie amoureuse ?

Anne van Stappen était au café de l'amour à bruxelles le mercredi 13 mai 2009

www.annevanstappen.be

PRENDRE SOIN DE SOI, S'AFFIRMER... ET RESTER EMPATHIQUE AVEC L'AUTRE
Comment ajouter audace, émotion et fluidité dans sa vie amoureuse ?

Quelle différence entre dire à l’autre "ma" vérité et lui asséner ses quatre vérités ? Entre explosion ou implosion, existe-t-il une troisième voie, celle de "ma" vérité qui "nous" rapproche et "me" fait grandir ?  Comment prendre soin de soi, quitte à déplaire, tout en restant empathique avec autrui ?

La Communication Non Violente (CNV®) propose une façon de penser et de parler qui augmente nos chances d’être en relation de façon vivante et vivifiante, de prévenir ou de désamorcer les conflits et d’accroître l’intimité. Elle contribue à transformer "Ce que je te reproche" en "Ce à quoi j’aspire", afin que "Ce que je te reproche" devienne "Ce qui nous rapproche".

Mercredi 13 mai, sous l'égide d'Anne van Stappen*, au cours d'un atelier/café, nous nous sommes sensibilisés à la CNV. Nous avons découvert d'abord que ruminer, fulminer, critiquer, rouspéter consomment une énergie folle et font du tort à la relation. Ensuite, nous avons vu à quel point ravaler ses émotions ou vivre dans les non-dits s'avèrent toxiques pour notre énergie vitale et la qualité de nos liens. Enfin, nous  avons abordé l’importance de la présence à soi et apprendrons à repérer la beauté en l’autre, en soi, et se la dire.

Anne van Stappen*, Docteur en médecine, est formatrice certifiée en Communication « NonViolente®. Elle pratique diverses approches, dont la Programmation Neuro-Linguistique, la Constellation Familiale, l’Hypnose Ericksonienne et la Psycho-Neuro-Immunologie. Depuis 1995, elle anime des conférences et des ateliers sur la communication et la gestion des conflits et a enseigné la CNV à des centaines de personnes issues de tous contextes et milieux professionnels, notamment scolaire, judiciaire, médical, psychiatrique… Son roman, "Ne marche pas si tu peux danser" (Ed. Jouvence 2009)  raconte une histoire drôle et palpitante dans laquelle sont mis en scène des personnages capables, malgré leurs limites d’êtres humains, de comprendre avec le cœur et de s’affirmer sans agresser.

 

Création d'un café de l'amour mensuel à Charleroi, première mardi 9 juin, avec Élisa Brune

All the posts