Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeudi 2 juillet avec Yves-Alexandre Thalmann

 

EXIT BLANCHE-NEIGE, TITANIC ET AUTRES BALIVERNES
L’amour au premier regard, mon oeil !

yatn.jpg


L’amour est-il un mystère ? Peut-on le provoquer, l'influencer, le retenir ? Existe-t-il pour chacun d’entre nous, une personne qui nous correspondrait parfaitement sur le plan amoureux ? Dont la rencontre produirait automatiquement une relation harmonieuse et épanouissante ?  UNE seule personne avec laquelle nous pourrions vivre un bonheur ineffable, LA BONNE, nous attendrait-elle ?

Selon Yves-Alexandre Thalmann°, les croyances autour de l’amour idéal fabriquent du rêve et font recettes. Cessons de croire au destin, à la bonne fortune, aux aléas pour entrer sur le terrain des compétences interpersonnelles. Une relation amoureuse de qualité, épanouissante et exaltante, et à la portée de chacun, dépend plus des aptitudes développées par les partenaires que du hasard des rencontres. La satisfaction conjugale, comme le bonheur tout court, semblent en grande partie le résultat de notre façon d’envisager la vie. Il ne s’agit pas de les trouver, mais de les créer !

Jeudi, au café de l'amour, au-delà des mythologies amoureuses, Yves-Alexandre Thalmann* a pulvérisé nos croyance à la lumière de la psychologie. Il a montré que, renoncer à cet espoir fou de rencontrer le partenaire idéal s'avère libérateur et ouvre des perspectives pour développer des aptitudes relationnelles propres à dynamiser les sentiments amoureux. Lors de cette soirée, nous  avons découvrert comment DEVENIR des âmes sœurs, car on ne naît pas âmes sœurs, on le devient. Eh oui, nous sommes bien plus faits l’un par l’autre que l’un pour l’autre…

Yves-Alexandre Thalmann*, titulaire d'un doctorat en physique des particules, réalise bien vite que sa formation ne lui est d'aucune utilité pour affronter les difficultés relationnelles qu'il rencontre. Il s'intéresse alors au domaine de la communication, qui devient rapidement une passion. Ce cheminement l'amène à étudier en France, en Belgique, puis au Québec, où il passe plus d'une année. Auteur de plusieurs ouvrages, il enseigne également la psychologie et pratique en tant que psychologue clinicien, avec un gros penchant pour le développement personnel et la satisfaction amoureuse. Il est l’auteur de nombreux livres, mêlant synthèses rigoureuses et questions irrévérencieuses : Les 10 plus gros mensonges sur l’amour et la vie de couple, Dangles, Vive les plaisirs sexuels, Hébien, "Se libérer de la tyrannie des répétitions amoureuses", "Etre parent sans cesser d’être amant", "Garder intact le plaisir d’être ensemble" aux Éditions Jouvence



descouv.jpg









2009.06.30 10:19 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |

Vincent Cespedes, J’aime, donc je suis

Lundi 29 juin 2009 à Paris

medium_vincentnb.jpg
J’AIME, DONC JE SUIS
Je m’interroge, je cogite, j’avance, je dialogue, je me découvre


Comment séduire ? Quand rompre ? Quels sont vos relations sensuelles ou hypocrites,  votre degré d'abandon et de crispation,  votre sensibilité aux baisers,  votre liberté amoureuse,  votre potentiel libertin… ?

Selon Vincent Cespedes*, l’amour, ce n’est pas ce que j’obtiens quand je le cherche : c’est ce qui se produit quand je partage une expérience d’abandon avec l’autre, par la conversation, la création, le rire, les réjouissances du corps ou la jouissance d’élever un enfant ! Une distinction rarement soulignée ; les « amourologues », ces faux experts de l'amour, ont encore de beaux jours… L’amour ne se « trouve » pas, comme un trésor : il advient, sourd, pointe, éclate, étonne, frappe, foudroie dans la durée. Il sidère, en élevant d’un cran l’exigence d’exister. Il n’est pas charitable et ne se mendie pas. Pas plus qu’il ne se calibrerait ou se quantifierait pour passer dans les cybernavettes virtuelles, répandre ses appels au secours. L’amour est même le contraire du désir d’amour, car fait d’abandons et non d’expectatives, de plaisirs pleins et non de songes creux.

Lundi, au café de l'amour, à travers réflexions allègres, illustrations pleine d'humour, références et « love tests » inédits,  Vincent Cespedes nous a guidé dans une démarche interactive et ludique pour découvrir notre portrait amoureux et notre philosophie de l'amour... Au programme, délices et morsures, complicité et jalousie, paradoxes, énigme... dont la clé reste à chercher en chacun de nous.
JAIME2.jpg

Vincent Cespedes* a 35 ans. D'abord professeur agrégé de philosophie, il est aujourd'hui essayiste et romancier. Il a écrit de nombreux ouvrages, parmi lesquels : "I loft You" aux éditions Mille et une nuits, "La cerise sur le béton, violences urbaines et libéralisme sauvage", puis "Je t'aime. Une autre politique de l'amour" et "Mot pour Mot" chez Flammarion, "Maraboutés" chez Fayard et le "Contre-Dico philosophique" aux Editions Milan. "Mélangeons-nous, une enquête sur l'alchimie humaine" chez Maren Sell. Il dirige la collection Philosopher créée en 2008. "J'aime, donc je suis" vient de sortir dans sa collection.
Annonce_Philo_Mai.jpg


Auteur de "Mélangeons-nous
UNE NOUVELLE PHILOSOPHIE DE LA RELATION"

medium_244direct8cespedes.mov.jpg

"Mot pour mot", aux Éditions Flammarion apporte une dimension nouvelle à sa réflexion sur le mélange.

51b57ab6bb2de705375c53d6d1ec3e6d.gif

medium_Couv_Cespedes.jpg


**Mélangons nous. Enquête sur l'alchimie humaine est paru chez Maren Sell éditeurs.

medium_2213620628.jpgmedium_image_upload-1.aspx.jpgmedium_image_upload.aspx.jpgmedium_resize.php.jpgmedium_9782745918123.gifmedium_2842056280.08._AA240_SCLZZZZZZZ_.jpg

2009.06.23 10:05 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook | |

Reportage sur le kf de Charleroi

Les derniers médias de Charleroi :


portailfede.jpg

SP_NouvelleGazette.jpg

LaNouvelleGazette170609.jpg

Joseph Messinger, Ces gestes qui Nous trahissent

Lundi 22 juin 2009 à Paris

images.jpeg
www.joseph-messinger.fr

QUELLES COMPATIBILITÉS AMOUREUSES ET SEXUELLES ENTRE L'AUTRE ET MOI ?
Ces gestes qui Nous trahissent

Quels que soient notre âge, notre sexe, notre statut socio-professionnel, n'avons-nous pas besoin de plaire ou de séduire autrui pour exister à nos propres yeux ? Et peut-être même aussi pour être plus crédible, motivant, persuasif ou charismatique ? Et l'autre, est-il disponible affectivement, ici et maintenant ? Nous pouvons le savoir par l'observation de ses postures !

Selon Joseph Messinger*, un discours séducteur ou un physique avenant ne suffisent pas à "donner le change" car le corps que nous habitons, véritable vaisseau spatial en mouvement perpétuel, symbolise le bristol qui nous représente aux yeux de tous, la vitrine de nos atouts professionnels, intellectuels, affectifs ou plastiques. Nous pourrions ainsi reprogrammer nos gestes ou nos mimiques au même titre que nous pourrions apprendre à discipliner le discours qui nous mettra en valeur aux yeux de nos interlocuteurs.

Lundi, au café de l'amour, Joseph Messinger* delivrera les fondamentaux du décodage gestuel. Il montrera que certains gestes fort anodins traduisent nos pensées les plus secrètes, comment mesurer les compatibilités amicales ou amoureuses en fonction de nos refrains gestuel. Depuis la manière d'allumer une cigarette, de croiser les jambes ou de passer la main dans les cheveux, chacun de nos mouvements correspond à l'atmosphère qui prévaut dans notre climat mental ou à l'organisation de notre personnalité. De l'anxiété à la satisfaction d'un désir, du sentiment de culpabilité à la frustration, aucune manifestation affective n'échappe à sa traduction corporelle. En clair, il nous proposera de décrypter le langage de notre corps comme les signaux envoyés par nos interlocuteurs.

Joseph Messinger*, psychologue de formation, est le spécialiste de la symbolique gestuelle aux Editions First. Auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, son best-seller, "Ces gestes qui vous trahissent (5e édition, 2008)", s'est vendu à 150 000 exemplaires.

Lu


Pour le fun, lien vidéo avec l'analyse de la Sarko Attitude

Le Café de l'amour à Charleroi dans la nouvelle Gazette et la Meuse

SP_NouvelleGazette.jpg
ARTICLEnouvellegazette.jpg

19/05/2009 CHARLEROI
Hainaut – Les cafés de l'amour débarquent à Charleroi

lameuse.png
Le concept parisien de « Café de l'amour » arrive à Charleroi le 9 juin. Objectif : lutter contre la violence conjugale.

La Coordination lutte contre les violences de la Province du Hainaut s'est récemment fait remarquer pour la petite décoration qu'elle offre aux hommes en échange de leurs promesses de ne pas violenter des femmes qui sont souvent leurs épouses. Prochainement, la plate-forme va s'investir à Charleroi dans une nouvelle forme de sensibilisation à la violence conjugale en parlant des problèmes de couple sous l'angle heureux de l'amour. Pour ce faire, ses responsables organisent, le 9 juin prochain, l'arrivée à l'Eden des fameux « Cafés de l'amour » dont la réputation flatteuse était déjà parvenue de Paris.

De quoi s'agit-il ? La forme de ces rencontres ressemble aux non moins célèbres Cafés philos, à cette différence près toutefois que le thème principal est cette fois l'amour avec un grand A. Le thème, on s'en doute, a mille déclinaisons. À Paris, depuis l'hiver 2004, différents auteurs, des écrivains, des essayistes, des philosophes, des psychanalystes se chargent d'en prendre une à leur charge et de la développer dans le sens de leurs ouvrages respectifs.

Avant Charleroi, Bruxelles a été la première ville belge concernée par les Cafés de l'amour. Le concept se développe peu à peu dans la capitale. Parallèlement, il devrait le faire également à Charleroi. Car, si la première est prévue en juin, une série d'autres « rencontres amoureuses » est programmée dès l'automne.

L'inauguration du concept à Charleroi aura lieu autour d'Elisa Brune sur le thème quelque peu provocateur du plaisir féminin. Selon l'auteur, en effet, de nombreuses dames n'ont jamais éprouvé d'orgasme. Ce docteur en sciences de l'environnement apportera son expertise à une question dont on nous dit qu'elle intéressera autant les femmes que les hommes. Comme quoi, ceux-là sont capables de s'entendre un peu, beaucoup, à la folie, passionnément... La preuve le 9 juin donc.M.C.

All the posts