Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Intervenants en Belgique

Pascal Bruckner, Le paradoxe amoureux

Pascal Bruckner était au Café de l'Amour le mardi 10 novembre 2009 à Paris,
et le 10 février 2010 à bruxelles.
pascal_1.jpg
fr.wikipedia.org/wiki/Pascal_Bruckner

LE PARADOXE AMOUREUX
Comment l'amour qui attache peut-il s'accommoder de la liberté qui sépare?

Choisir qui l'on aime, aimer qui l'on veut : pour arriver à ces libertés qui nous semblent évidentes, il a fallu une longue révolution du sentiment commencée au XVIIIe siècle. Pour autant, ces droits chèrement acquis on un prix : d'une part le dilemme du couple contemporain, qui vénère à la fois la passion et l'indépendance. D'autre part, le conflit entre la verticalité d'un désir, d'une passion, d'une recherche d'absolu face à l'horizontalité du temps qui passe et de la prose des jours qui relativisent nos sentiments les plus forts.

Pour Pascal Bruckner*, résoudre ce déchirement passe par la coalition de deux idéologies : l’une progressiste veut en finir avec la fidélité, le couple, la famille ; l’autre conservatrice veut restaurer le mariage à l’ancienne, la monogamie indissoluble. Cette contradiction expliquerait le caractère à la fois ardent et fragile des romances contemporaines. L'amour serait aujourd'hui "cette aventure dont on ne veut pas se priver, à condition qu'elle ne nous prive d'aucune autre aventure".

Mardi, au café de l'amour, Pascal Bruckner* évoquera, à travers les métamorphoses du mariage et de l'érotisme, la résistance du sentiment à tous les embrigadements. Il explicitera, parmi les conséquences de la révolution sexuelle, la jouissance obligatoire, la volupté pour tous, enseignée, racontée, filmée, prescrite... "On nous disait impudiques hier, on nous voit vantards aujourd’hui. Nos parents mentaient sur leur moralité ; nous mentons sur notre immoralité".

*Pascal Bruckner, également romancier, a écrit plusieurs essais chez Grasset : La tentation de l’innocence (Prix Médicis 1995), L’Euphorie perpétuelle ou le devoir de bonheur, (2000), Misère de la prospérité (Prix du Meilleur livre d’économie, Prix Aujourd’hui 2002), La tyrannie de la pénitence (2006). Collaborateur au Nouvel Observateur.

paradoxe.jpg


En 1977, il s'intéressait au «Nouveau désordre amoureux». En 2009, il retrouve ce sujet dans «Le paradoxe amoureux», un nouvel essai sur la beauté et la difficulté d'aimer dans un monde individualiste, toujours aux Éditions Grasset.

Commentaires

La soirée d'hier était très intéressante, P Bruckner s'est montré clair et intéressant sans jamais lasser ni avoir la grosse tête. J'ai eu un peu de mal à voir où il voulait en venir pendant les premières minutes puis au fond je n'ai plus cherché à savoir s'il y avait une démonstration, ce que j'ai entendu m'a paru juste et bien analysé et exposé, et ça m'a suffit.
Une petite fausse note due à la vulgarité de certains visiteurs : je me suis par hasard trouvé à côté de deux morues et d'un glauque chauve en chemise bleue qui n'ont pas arrêté de discuter pendant l'intervention. C'était vraiment pénible. Bénédicte, pourras-tu rappeler aux gens qui viennent que ce n'est pas eux que le public vient écouter et qu'ils fassent un peu preuve de modestie et de courtoisie en n'imposant pas aux autres leurs bavasseries ineptes.
Mais bon soirée très intéressante quand même, merci Bénédictine et P Brückner.

Écrit par : Cadichon | 2009.11.11

Pascal Bruckner projète un regard d'universitaire éclairé et d'auteur contemporain sur une de nos plus belles aventures d'êtres humains: celle de nos couples.
Pour lui, impossible de faire court. Tout est relié, tout s'explique, tout se met en perspective de l'évolution de notre société, que nous façonnons et qui nous influence. Je l'aurai bien écouté plus longtemps encore.

Écrit par : Lionel THEVENARD | 2009.11.12

D'accord avec Lionel THEVENARD, c'est un regard d'universitaire!Exposé très professoral,très long.... Il manquait le ressenti d'un homme, l'expérience émotionnelle qui est "à mon sens" le plus intéressant.Trop de distance, avec l'humain, trop cérébral!!
Tout était constat!Et après qu'en fait on?Chacun d'entre nous prenons part à la construction de la Société et qu'il aurait été intéressant d'échanger davantage pour essayer de comprendre ce que nous mettons tous derrière le mot Amour, et comment nous nous "plantons" et de décrypter les mécanismes individuels que nous mettons en place afin d'être plus lucides sur nous mêmes. Pourquoi ce paradoxe à l'intérieur de nous?
Je regrette un peu cette absence d'échanges mais pas d'être venue!!!Et merci à Bénédicte qui a le mérite de varier les thèmes et les invités.

Josette Saint marc le 14/11/2009

Écrit par : SAINT MARC | 2009.11.14

Merci de m'avoir permis de passer cette soirée au sein de votre public : un public chaleureux et de plus en plus nombreux, félicitation !
Cette 2 heures de conférence m'a permis aussi d'éclaircir le rapport entre homme et femme, jusque là abscurci par des tas de tabous complexes... L'analyse très approfondie de ce qu'est l'amour me permet d'atténuer la souffrance liée aux sentiments d'echec et d'être moins exigent quant à la quête d'un idéal amoureux... je suis vraiment comblée et ressourcée avec de la confiance et sereinité.

Écrit par : Séréna B | 2009.11.24

Merci pour cette super soirée !! P.Bruckner est à la fois simple et accessible dans ses propos , ne se prend pas au sérieux tout en l'étant sur le fond ( c'est pas évident pour toutes ces personnalités médiatiques!!) Vraiment une très bonne et intelligente soirée ...A renouveller sans modération :))

Écrit par : Corinne V | 2009.11.24



Les commentaires sont fermés.



Déjà plus de 900 abonnés twitter suivent le Café de l'Amour !