Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pause détente à la Caméra Café de l'Amour

cameraCafeAmour.png

Vous connaissez peut-être Caméra Café, l'émission télévisée où l'on regarde par le trou de la machine à café des employés d'une entreprise fictive, hauts en couleur. Une fiction qui n'est pas sans rappeler avec humour des situations ou des personnages que l'on a déjà croisé. Voici une adaptation québécoise sur le thème de l'Amour impossible qui ne manque pas de saveurs.


Alors, l'homme est-il trop gentil ? comme le déconseille le spécialiste en art de la séduction, Robert Greene. Doit-il persister dans une direction dont on pressant dès le début qu'elle ne va pas lui apporter le confort relationnel, cher aux yeux de Patricia Delahaie ?

2010.06.24 15:43 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

Le café de l'amour dans les DNA

logo-1.jpg
Vendredi 11 juin 2010, les DNA annonçaient l'ouverture du café de l'amour de Strasbourg
20100611_DNA045558.jpg

Article paru dans l'édition du
Vendredi 11 Juin 2010

International
Le concept se déclinera à Strasbourg mardi prochain

Une soirée au Café de l'Amour


Chaque lundi, hommes et femmes se réunissent dans un café des Champs-Elysées à Paris pour décortiquer le sentiment amoureux, tenter de comprendre le sexe opposé et trouver l'âme soeur.

Paris.- Bureau DNA
Bénédicte Ann est née le jour de la Saint-Amour, et ce symbole a guidé toute sa carrière. Cette Colmarienne d'origine a créé une agence de rencontres quand elle était étudiante en psychologie pour savoir « comment trouver un homme sans déprimer », avant d'être consultante en relooking et de créer le Café de l'Amour.  Le concept est né un soir de la Saint Valentin 2004. Après un parcours sentimental houleux (elle a deux enfants de 18 et 13 ans de deux pères différents), Bénédicte Ann souhaitait ...

Élodie Bécu

DNA.jpg

Jeudi 16 juin, synthèse de la soirée du 15

Article paru dans l'édition du
Jeudi 17 Juin 2010



Strasbourg / Premier « Café de l'amour » mardi soir

Et si on parlait de sentiment

 

Le « Café de l'amour », créé à Paris il y a six ans, a débarqué mardi soir à Strasbourg et réuni une salle comble de personnes avides de parler -et d'écouter parler- d'amour.

Ambiance surchauffée à l'étage du restaurant Au Canon ce mardi soir. A croire qu'à défaut de se vivre, l'amour se dit, l'amour s'écoute, l'amour s'observe. Et l'audience d'une centaine de personnes de ce premier Café de l'amour strasbourgeois est avide d'explications.  La question qui brûle toutes les lèvres : « Faut-il s'aimer soi-même avant de pouvoir aimer ? Et comment y arriver ? Vaste débat auquel il est bien difficile de répondre en deux heures de temps. Et ça, c'est le rôle un brin périlleux ...

Barbara Romero

(*) Editions Albin Michel. Plus de renseignements sur www.cafedelamour.com. Participation : 10 € en prévente, 13 € sur place. Possibilité de dîner sur place après la conférence.
20100617_DNA026530.jpg

2010.06.18 01:46 Publié dans PRESSE, MÉDIAS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Michel Cazenave, La leçon de Tristan et Yseut : passion, désir...

Lundi 14 juin à Paris

 

PASSION, DÉSIR, FÉMININ
La leçon de tristan et Yseult

Qu’est-ce qui se joue pour l'homme qui cède à la passion ? Que se passe-t-il si, au lieu de la fuir ou de la renier, il admet de la sexualité de la femme ce qu’elle a d’éruptif, de libre et d’anarchique, ce qu’elle a de profondément a-social, toute branchée qu’elle est par nature sur la manifestation du sacré ? Et si, au lieu de s’enfuir et de collectionner des femmes réelles pour n’être touché par aucune, il s’avançait dans le territoire où on n’accepte qu’une femme, dans 
toute sa profondeur, pour s'orienter au sens le plus fort de ce mot ?

Admettrait -il du même coup de se trouver « hors la loi » ou, pour le dire en terme d’analyse, au-delà de la Loi, hors du royaume du Père ?

Pour Michel Cazenave, Tristan incarne le meilleur des chevaliers, le plus grand des héros. Mais du jour où il rencontre Iseut, du jour surtout où il cède à la passion et fait l’amour avec elle, il renonce à tout exploit héroïque. Socialement, il est devenu l’antihéros. Régulièrement mis au ban de la société, il passe sans arrêt de l’exaltation 
du soleil féminin à une position dépressive, quasi mélancolique.

Lundi, au café de l'amour, Michel Cazenave proposera une lecture Jungienne, aérée de mises en situation, de l'histoire de Tristan et Iseut, ces êtres vivants, faits de chair et de sang, pétris de désir. Pour lui, ce n'est pas la séparation des amants qui constitue l'enseignement central du récit, mais au contraire leur réunion finale quand les oppositions sont levées et les contraires réconciliés. Autrement dit, la découverte que ce qui semble, d’une façon immémoriale, ressenti comme le plus grand danger pour l'homme, devient au contraire sa condition de salut à partir du moment où il accepte de le regarder en face, de l’assumer en conscience - à partir du moment où il a aussi compris que « cet abîme de la femme », il le porte de toute façon au centre de lui-même.

Michel Cazenave est philosophe, écrivain et spécialiste de l'œuvre de Jung. Il a consacré une grande part de son activité à la production d'émissions sur la pensée philosophique et la spiritualité. Longtemps conseiller à la direction de France Culture pour la coordination des programmes, il a produit sur cette radio l'émission Les vivants et les dieu.
Il a présidé le Groupe d'études C.G. Jung de Paris, de 1984 à 1990. Depuis 2005, il est membre fondateur et président du Cercle Francophone de Réflexion et d'Information sur l'œuvre de C.G. Jung, dont il dirige la traduction française aux éditions Albin Michel. Il a écrit une cinquantaine d'ouvrages et participé à de nombreux volumes collectifs.

 

À l'Ice Baär (cliquer pour voir)
2ème étage d'Haägen Dasz


41, rue Marbeuf
75008 Paris
(cliquer pour voir sur une carte)


Métro Franklin Roosevelt ou Champs-Élysées Clémenceau

Entrée : 17 euros à l'unité, consommation comprise
Abonnement : 35 euros les 5 sessions, soit 13 euros à l'unité, consommation comprise
Étudiants, rmistes sur présentation d'un justificatif : 13 euros, consommation comprise

Pour 6 euros en plus, collation dînatoire, salée, sucrée, végétarienne, avec une consommation alcoolisée en compagnie de Michel Cazenave

2010.06.10 09:51 Publié dans Intervenants récents | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : philosophie, psychanalyse |  Facebook | |

All the posts