Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lundi 21 mai avec Emmanuel Jaffelin

 

009.jpg

www.gentillesse.blogspot.com 

"Petite éloge de la gentillesse"

Pour (nous) redonner le goût de vivre et de sourire

 

 

La mode est au cynisme. Il est donc mal vu d’être gentil. Dois-je pour autant m’incliner devant le regard qui ravale la gentillesse au rang de faiblesse ? 

Selon Emmanuel Jaffelin* "Sans faire de nous des Jésus ou des superhéros, la gentiesse a le pouvoir de nous élever un peu, de nous anoblir, en un minimum d’efforts. De plus, de par son caractère désintéressé, elle aurait le mérite d'un point de vue éthique, d'échapper à toute instrumentalisation ou marchandisation."

Lundi, au café de l'amour, *Emmanuel Jaffelin montrera que la gentillesse n’a pas dit son dernier mot et qu’elle est une vertu d’avenir. Source d’une morale vivifiante, elle prend le relais des morales fondées sur le devoir. Sa révolution douce renferme une promesse : celle de réconcilier les vieilles civilisations de l’honneur avec notre société du bonheur. Comme le dit Lao-tseu : « Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres. »

Agrégé de philosophie, *Emmanuel Jaffelin enseigne aujourd'hui au lycée Lakanal de Sceaux et anime un atelier à la prison de Sequedin, dans le nord de la France. Alternativement à ses activités d'enseignement, il a été diplomate en Amérique Latine et en Afrique. Il a écrit "Éloge de la gentillesse" et "Petit éloge de la gentillesse" aux Éditions Bourin. 

 


2012.05.10 02:23 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

Commentaires

J'ai bien aimé et ne me suis pas ennuyé, bien que certains de ses points de vue soient vraiment discutables et n'ont, de ce fait, pas fait l'unanimité. Mais c'est quelqu'un qui comme toi n'a pas la langue de bois et tout ce qu'il dit a "du caractère". Dans la "lissitude" actuelle, c'est précieux. Peut être, sa grande culture a-t-elle emmené le sujet là où il risquait de se retrouver seul, alors que des moments d'échange plus longs auraient plu à plusieurs de mon entourage et à moi même ; j'ai voulu poser une question, mais il était trop tard. Belle soirée néanmoins.
En fait, je n'attendais pas forcément d'échange: c'était mon 1er "café de l'Amour"; je ne savais pas à quoi m'attendre et je n'ai pas été déçu. C'est plutôt le groupe de "mecs" parmi lequel j'étais qui semblait piaffer d'impatience pour chatouiller le conférencier ; plusieurs n'étant pas d'accord avec lui sur plusieurs sujets. J'ai eu l'impression que pour eux une période de questions / réponses était évidente et ils causaient déjà des questions qu'ils voulaient poser, plus pour "ferrailler" que pour s'informer, m'a t il semblé.... Moindres défauts des "mecs" qui aiment s'affirmer dans la joute ??? Je ne sais, mais j'aurais bien voulu lui faire préciser les limites ou extensions du mot "Respect" dont il a pas mal parlé, par exemple.

Écrit par : Arnaud | 2012.05.25



Les commentaires sont fermés.



Déjà plus de 900 abonnés twitter suivent le Café de l'Amour !