Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le 25 juin avec Jean-Michel Hirt

L'INSOLENCE DE L'AMOUR
Les liens troubles entre férocité et amour
medium_jmhirtdec06erquy.JPG

Aventure de la rencontre, énigme de la sexualité, confrontation entre l'attente des corps et les impératifs de la chair, impossibilité de soutenir les exigences de l'amour dans la durée... Comment tenter d'expliquer l'incompréhensible, cette disjonction entre aimer et désirer ? Ne trouve-t-on pas parfois, au détour d'un acte sexuel démarré sur le mode romantique, des pulsions beaucoup plus sauvages ?


Selon Jean-Michel Hirt, l'amour, comme le rire et l'humour, ne s'exercerait pas sans cruauté. Il propose même une perspective érotique nouvelle. Elle rassemblerait la sensualité et la tendresse, mais aussi le "troisième courant", méconnu, souvent occulté, qui irrigue la vie amoureuse : la cruauté. Celle-ci ne serait pas seulement ressentie à l'occasion d'une blessure ou d'une frustration, mais réclamée par l'abandon amoureux. Elle permettrait la reconnaissance de l'étrangeté du partenaire, plutôt que la vaine tentative de fusion avec un autre soi-même. Est-elle une composante indispensable de la relation amoureuse et sexuelle ou est-ce l'amour qui libère cette forme de violence contenue en chacun de nous ?

Lundi, au Café de l'Amour, Jean-Michel Hirt a éclairé le rôle et l'importance de la cruauté, non pas comme pas comme un avatar aberrant de l'amour, mais comme une nécessité de sa puissance. Il a démontré cette étrange affinité entre la cruauté et l'amour, mis en lumière ses interactions. Il nous a amené à cette question fondamentale : jusqu'où chacun est-il capable d'aller dans le voyage auquel il invite ?

Jean-Michel Hirt a une double formation en littérature et psychologie. Psychanalyste, membre de l'association psychanalytique de France et professeur de psychopathologie à l'université de Paris XIII. "L'insolence de l'amour" est publié chez Albin Michel. Son essai précédent s'intitule : "Les infidèles, s'aimer soi-même comme un étranger", chez Grasset (2004). Il a aussi écrit chez Grasset : "Le miroir du Prophète" et "Vestiges du Dieu, Athéisme et religiosité".

medium_insolence.gif

Il intervient notamment dans les magazines féminins Elle, Biba, Glamour, ainsi que Psychologie magazine, Le Monde, Art press.

Synthèse de Gilles, notre poète : Café amour 25.6.7.doc

Le 18 juin avec Patricia Delahaie

PLAIRE EN TROIS MINUTES ET S'AIMER TOUJOURS, UN PARADOXE ?
Maintenir le désir, un défi ?

Patricia Delahaie
medium_patricia_delahaie.jpg


Dès le premier regard, nous sommes responsables de l'idylle et de son déroulement. C'est ce que Patricia Delahaie affirme. D'essais en guides pratiques, elle développe une réflexion singulière : notre histoire amoureuse et sexuelle est le fruit de ce que nous avons cultivé. Rien n'est écrit à l'avance dans une relation. Selon elle, il y a seulement des choix qui nourrissent l'amour, et à l'inverse, des mots, des actes, qui l'entravent. Aux premières marches du Nirvana, l'ascension paraît souvent difficile : dépasser la première étape de fusion, accepter les différences, rester à l'écoute sans se nier, etc.

En comparaison de notre idéal, l'autre, à force de déceptions, nous incite peut-être à la déliaison. Qu'il est bon de tenir le/la coupable, celui/celle qui n'offre pas la vie rêvée. Survient alors le fantasme de la rupture, et son corollaire de renaissance : goûter une liberté nouvelle, rencontrer des partenaires potentiels plus excitants, renouer enfin avec soi-même ! Ce soi-même mythique, capable de tout en dehors du couple, et de rien au-dedans...

Lundi, au Café de l'Amour, avec Patricia Delahaie, nous avons exploré la planette des "zappeurs" de l'amour, dont les rangs grossissent régulièrement selon les statistiques. Jeux de rôles, ateliers interactifs nous ont montré comment débusquer les aprioris, croyances et jugements qui font loi au tribunal de l'amour. Éloquente avocate de la défense, Patricia Delahaie nous a proposera des pistes pour nous en libérer : une présence à soi et à l'autre, une attention quotidienne à la relation, une culture de l'optimisme et d'autres clefs.

Philosophe et sociologue de formation, Patricia Delahaie, journaliste psycho-société, a collaboré depuis 1978 à Psychologies Magazine, Avantages, Famili, Marie-France, Notre Temps, Coté Femmes, etc. Parallèlement, elle présente une chronique « livres enfants » aux Maternelles sur France 5, depuis 2001 et dirige la collection « documents » chez Leduc.s depuis 2002.

Parmi ses nombreux ouvrages : "Ces amours qui nous font mal", Marabout, 2001, "Etre la fille de sa mère et ne plus en souffrir", Marabout 2002, "Fidèle, pas fidèle", éditions Leduc.s, 2004, "Comment plaire en trois minutes", Leduc.s, 2005, "Comment s’aimer toujours", Leduc.s 2006, "Quand bébé grandit. Ce qui se joue vraiment avant 6 ans" (avec le Pr Catherine Graindorge) Leduc.s 2007.

Synthèse de Gilles, notre pooète :
Café_amour_18.6.7.doc