Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le 9 mai avec Janine Mossuz-Lavau

L'ARGENT AU COEUR DE LA RELATION AMOUREUSE
MON CHER AMOUR, MON TRÉSOR, TU M'ES PRÉCIEUX, JE M'ENRICHIS À TON CONTACT...
medium_mossuz.2.jpg


Le vocabulaire amoureux a souvent des accents sonnants et trébuchants. Mais, à l'évidence, l'argent n'a pas la même valeur pour chacun de nous. Alors, comment construire une relation durable ? Quel rôle joue l'argent lorsqu'un couple s'unit ou se désunit ?

Selon Janine Mossuz Lavau, auteure de l'Argent et nous, aux éditions de la Martinière, notre comportement face à l'argent dépend de notre éducation, mais aussi de nos tendances politiques. Notre évolution, du vert paradis de la monnaie enfantine à la radinerie ou, au contraire à la prodigalité, a des répercussions sur notre comportement envers l'autre.

medium_2846752060.01._SS500_SCLZZZZZZZ_.jpg


L'argent et l'amour font-ils bon ménage ? Agissons-nous dans ces deux dimensions avec la même générosité, avec la même avarice, les mêmes hésitations, les mêmes peurs ? Comment « investissons-nous » le partenaire potentiel ou actuel ? Ouvrons-nous notre bourse comme notre cœur ou achetons-nous l’amour ?

Lundi, au Café de l'Amour, Janine Mossuz-Lavau nous a permis d'explorer les ressorts et les sources de nos réflexes. Quels que soient nos rapports avec l'argent et avec l'amour, nous avons découvert de surprenants parallèles, « riches » d’enseignements… Les décrypter a pu initier notre bonne fortune financière et pourquoi pas améliorer notre crédit auprès de notre compagne/compagnon !

Politologue, Directrice de recherches au CNRS, chargée de cours à l'Insti d'études politiques de Paris, membre de l'Observatoire de parité, Janine Mossuz-Lavau est l'auteur de dix-huit essais parmi, lesquels "Les Lois de l'amour", "Les Politiques de la sexualité en France" et "La Vie sexuelle en France".



Publications principales.
Ouvrages individuels :
André Malraux et le gaullisme, Presses de Sciences po, 1982,
Les Français et la politique. Enquête sur une crise, Odile Jacob, .
Que veut la gauche plurielle?, Odile Jacob, 1998,.
Femmes/Hommes.Pour la parité, Presses de Sciences po, 1998,
Les lois de l'amour. Les politiques de la sexualité (1950-2002), Petite Bibliothèque Payot, 2002,
La vie sexuelle en France, Editions de la Martinière, 2002, 480p. Republié en Points-Seuil en 2005.
Ouvrages en collaboration:

Janine Mossuz-Lavau, Mariette Sineau, Enquête sur les femmes et la politique en France, PUF, 1983,
Armelle Le Bras- Chopard, Janine Mossuz-Lavau (dir.), Les femmes et la politique, L'Harmattan, 1997,
Christine Bard, Christian Baudelot, Janine Mossuz-Lavau (dir.), Quand les femmes s'en mêlent. Genre et pouvoir, Editions de la Martinière, 2004,
Marie-Elisabeth Handman, Janine Mossuz-Lavau (dir.), La prostitution à Paris, Editions de la Martinière, 2005.

Synthèse de Gilles, notre poète : Café_amour_9.5.7.doc

Le 2 mai avec Elsa Godart

Places limitées. Réservation indispensable par mail à cafedelamour@free.fr ou 0612782630.

Le Café du lundi 30 avril est reporté au mercredi 2 mai.



"JE VEUX DONC JE PEUX ! OSER ÊTRE HEUREUX", chez Plon
"Le monde est un champ de possibles dont nous sommes l'ultime souverain"
Elsa Godart, créatrice de la volothérapie*

medium_Elsa.jpg


Vacuité existentielle, vacuité sexuelle, nous avons parfois beaucoup de mal à réagir, avec la désagréable impression de subir notre vie, plutôt que de la choisir. Pourquoi avons-nous réellement peur d'être nous-même ? Qu'est-ce qui, dans notre vie, compte vraiment ?

Elsa Godart démontre que nous souffrons essentiellement de la difficulté à faire coïncider la perception intime de soi avec l'image que l'on voudrait donner. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous nous sentons dépossédés, ce qu'elle nomme "vacuité existentielle". Pourtant, il ne dépend que de nous et de notre propre volonté de changer une vie qui ne nous rend pas heureux. Oser s'affirmer, oser être soi, oser exprimer ses besoins constituent les principes de base du bonheur. Loin de l'auto-suggestion, la volothérapie* (du latin volo, je veux) propose justement de plonger au fond de soi pour y retrouver ses intérêts à vivre, apprendre à les affirmer et à les défendre en toute circonstance.

Elsa Godart nous accorde donc à tous le pouvoir d'être heureux. En découvrant le pouvoir immense de la volonté, nous pouvons donner une véritable orientation à notre vie et transformer notre vague à l'âme en plénitude réelle et durable.

Thérapie de l'espoir, entièrement fondée sur les facultés humaines, cette méthode rappelle que souffrir, c'est en faire le choix implicite tant qu'on pas pas décidé de se battre.

Mercredi, au Café de l'Amour, sous l'égide d'Elsa Godart, nous avons tordu le coup à l'angoisse existentielle à travers petits exercices et grandes réflexions. Nous avons pratiqué l'empathie, capacité d'accueillir l'autre en soi. Nous sommes parti(e) à la rencontre de nous-mêmes pour définir et découvrir nos propres désirs. Nous avons levé le voile sur la prochaine étape : trouver la force et les moyens de nous réaliser pleinement.

A 28 ans, Elsa Godart est déjà psychanalyste et docteur en philosophie. Elle termine un doctorat de psychologie et enseigne aux universités de Marne-la-Vallée et Nanterre (Paris X). Elle anime actuellement un séminaire pour des doctorants à la Salpêtriére, dans le cadre de « l’éthique médicale-philosophie pratique ». Elle est également directeur de recherche pour des cadres hospitalier à Sainte-Anne et à Ville-Evrard.

Directrice de collection chez Plon (collection « équilibre de vie »), elle publie régulièrement des ouvrages et des articles, entre autres dans la revue Psycholgies.

*Un traitement court mais efficace

medium_je_peux.jpg


A la différence de Freud et Lacan, dont les méthodes thérapeutiques cherchent à traiter les causes inconscientes du mal, Elsa Gordart propose de traiter les raisons conscientes pour lesquelles on a renoncé à lutter.
Une autre différence tient à sa durée. Contrairement à la psychanalyse ou à la psychothérapie, la thérapie de la volonté ne cherche pas à remonter longuement le fil de nos angoisses et de notre mal-être, ni à traquer leurs causes au fin fond de notre inconscient : elle dure idéalement six à huit mois, à raison d'une séance de 50 minutes par semaine.

"ETRE BIEN : MA PRIORITÉ"


medium_Elsa4.jpg