Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le 2 mai avec Elsa Godart

Places limitées. Réservation indispensable par mail à cafedelamour@free.fr ou 0612782630.

Le Café du lundi 30 avril est reporté au mercredi 2 mai.



"JE VEUX DONC JE PEUX ! OSER ÊTRE HEUREUX", chez Plon
"Le monde est un champ de possibles dont nous sommes l'ultime souverain"
Elsa Godart, créatrice de la volothérapie*

medium_Elsa.jpg


Vacuité existentielle, vacuité sexuelle, nous avons parfois beaucoup de mal à réagir, avec la désagréable impression de subir notre vie, plutôt que de la choisir. Pourquoi avons-nous réellement peur d'être nous-même ? Qu'est-ce qui, dans notre vie, compte vraiment ?

Elsa Godart démontre que nous souffrons essentiellement de la difficulté à faire coïncider la perception intime de soi avec l'image que l'on voudrait donner. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous nous sentons dépossédés, ce qu'elle nomme "vacuité existentielle". Pourtant, il ne dépend que de nous et de notre propre volonté de changer une vie qui ne nous rend pas heureux. Oser s'affirmer, oser être soi, oser exprimer ses besoins constituent les principes de base du bonheur. Loin de l'auto-suggestion, la volothérapie* (du latin volo, je veux) propose justement de plonger au fond de soi pour y retrouver ses intérêts à vivre, apprendre à les affirmer et à les défendre en toute circonstance.

Elsa Godart nous accorde donc à tous le pouvoir d'être heureux. En découvrant le pouvoir immense de la volonté, nous pouvons donner une véritable orientation à notre vie et transformer notre vague à l'âme en plénitude réelle et durable.

Thérapie de l'espoir, entièrement fondée sur les facultés humaines, cette méthode rappelle que souffrir, c'est en faire le choix implicite tant qu'on pas pas décidé de se battre.

Mercredi, au Café de l'Amour, sous l'égide d'Elsa Godart, nous avons tordu le coup à l'angoisse existentielle à travers petits exercices et grandes réflexions. Nous avons pratiqué l'empathie, capacité d'accueillir l'autre en soi. Nous sommes parti(e) à la rencontre de nous-mêmes pour définir et découvrir nos propres désirs. Nous avons levé le voile sur la prochaine étape : trouver la force et les moyens de nous réaliser pleinement.

A 28 ans, Elsa Godart est déjà psychanalyste et docteur en philosophie. Elle termine un doctorat de psychologie et enseigne aux universités de Marne-la-Vallée et Nanterre (Paris X). Elle anime actuellement un séminaire pour des doctorants à la Salpêtriére, dans le cadre de « l’éthique médicale-philosophie pratique ». Elle est également directeur de recherche pour des cadres hospitalier à Sainte-Anne et à Ville-Evrard.

Directrice de collection chez Plon (collection « équilibre de vie »), elle publie régulièrement des ouvrages et des articles, entre autres dans la revue Psycholgies.

*Un traitement court mais efficace

medium_je_peux.jpg


A la différence de Freud et Lacan, dont les méthodes thérapeutiques cherchent à traiter les causes inconscientes du mal, Elsa Gordart propose de traiter les raisons conscientes pour lesquelles on a renoncé à lutter.
Une autre différence tient à sa durée. Contrairement à la psychanalyse ou à la psychothérapie, la thérapie de la volonté ne cherche pas à remonter longuement le fil de nos angoisses et de notre mal-être, ni à traquer leurs causes au fin fond de notre inconscient : elle dure idéalement six à huit mois, à raison d'une séance de 50 minutes par semaine.

"ETRE BIEN : MA PRIORITÉ"


medium_Elsa4.jpg

Le 16 avril avec Linda Gandolfi

medium_LindaGood.jpg

ÉGOÏSME OU ALTÉRITÉ : QUID DE LA RELATION AMOUREUSE ET SEXUELLE ?

"A partir du jour où l'homme commence à s'exprimer en disant Je, il met partout au premier plan, dès qu'il en a le possibilité, son cher Moi, et l'égoïsme progresse irrésistiblement"
Emmanuel Kant

Notre société, ancrée sur les grandes religions monothéistes, se réclame haut et fort du souci des autres. Aujourd'hui, elle prône cependant l'individualisme, la libre entreprise, la débrouillardise sous toute ses formes. Elle porte aux nues le génie quel qu'il soit, pour peu qu'il intéresse les médias. Selon Linda Gandolfi, les attitudes égoïstes sont révélatrices d'un monde en profonde mutation. Là où l'on disait : "soit bon et juste, la vie te le rendra", on dit aujourd'hui : "développe-toi, regarde où est ton intérêt". La nécessité de réussir, au détriment des valeurs fondatrices, ne vise à servir que soi-même et contourne habilement les questions existentielles.

D'après Linda Gandolfi, nous sommes tous reliés par un réseau d'interractions qui nous rend vulnérables. Puisque la conscience d'exister se structure autour du regard de l'autre, quelle est la place de cet autre ? Les hommes sont-ils plus égoïstes que les femmes et ont-ils autant de mal à s'engager qu'on le prétend ? Peut-on raisonner un(e) égoïste, le/la mener à intégrer son partenaire dans la vie quotidienne et au lit ?

Lundi, au Café de l'Amour, Linda Gandolfi a éclaireré notre réflexion : irresponsabilité, désir à sens unique, mensonge, manque de générosité dans la sexualité, effet miroir, elle nous a montré comment, à partir de la réalité, parfois triste, on peut être guidés sur le chemin de l'éthique réciproque.

Au coeur d'un café/conférence ponctué d'ateliers ludiques et de saynettes, elle a révélé les manifestations de l'égoïsme dans les grandes typologies névrotiques : comment aime chacun et qui manipule qui ? Dans la foulée, elle traquera l'égoïsme à l'aune des péchés capitaux et de leur symbolique, avant de proposer quelques pistes pour le dépasser.

Après des études de droit, puis de psychologie, Linda Gandolfi rencontre la psychanalyse et se passionne pour les thèses de Groddeck. Elle dirige alors sa recherche vers les causes symboliques des maladies. Elle écrit, en collaboration avec le Dr René Gandolfi : « La maladie, le mythe et le symbole » éd du Rocher, 2001.

medium_maladie.jpg


Elle cherche ensuite à faire évoluer la psychanalyse et crée avec René Gandolfi l’école d’anthropologie pragmatique, qui accorde une place prépondérante à l’interprétation symbolique.

http://www.pragmatique.net



medium_petiteshistoires.jpg


Auteur d’un recueil de nouvelles tirées de son expérience « Petites histoires analytiques », éd du Rocher, 2002, elle a également publié « Egoïste, toi-même, comprendre, cerner et dépasser l’égoïsme » éd Flammarion, 2006.

medium_égoiste.gif

Synthèse de Gilles, notre poète : Café_amour_16.4.7.doc