Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Philippe Kann, La femme du photographe

Philippe Kann était au Café de l'Amour à Paris le 5 décembre 2005

LA FEMME DU PHOTOGRAPHE
Qu'est-ce que la passion amoureuse ?

Ce lundi, nous avons abordé les rivages d'une passion amoureuse, celle de Philippe Kann, auteur de "La femme du photographe" aux éditions Publibook. En notre compagnie, il a procédé à l'auto-psy de son histoire.
Qu'est-ce que la passion amoureuse ? Quels liens entretient-elle avec la dépendance et l'amour ?

La Femme du Photograph.jpg

En savoir plus...L'obtenir...

Laissons philippe en parler : "Je n’écoutais plus que de la musique classique, dont elle raffolait Un jour j’invitai un musicien  rencontré dans le métro, a venir jouer du violon chez elle ; pendant ce concert nous pleurions de joie tous les deux Lors de ma séparation j’ai été jusqu’à engager la cartomancienne de François MITTERAND dans le 8°, pour connaître l’avenir avec un autre de Anne et de ses enfants..."

Synthèse :
personne_ne_tombe_amoureux_s.doc

Sujet du 21 novembre


"J'ÉCOUTE AVEC MES MAINS"

De la sculpture de l'argile à la rencontre du corps.

Monique Sidelsky, sculpteur, fondatrice de l'atelier "Le cru et le cuit", psycho-pédagogue, animatrice reconnue de groupes de massages, a collaboré avec Alain Corneau sur le thème de la main. Elle fut notre invitée lundi 21 novembre. Selon elle, nos mains, vecteurs directs de notre sensibilité vers l'autre, gagneraient à toucher et recevoir davantage. Pétrir la matière, créer des formes, masser, le mouvement en dit long sur nous... Ce rapport intime, dénué d'artifices, est essentiel dans la rencontre : "J'ai effleuré sa main..." "Il avait des mains magnifiques..." "J'attends celui qui me prendra la main..." Je lui ai demandé sa main...", "Ils se tiennent toujours par la main..."

Quels messages passent par nos mains ? Quelle relation entretiennent-elles avec notre corps ? Avec celui de l'autre ?

Laissons parler Monique : "Avec le temps, l'expérience, les mains deviennent de plus en plus sensibles, porteuses de notre vie intérieure; il suffit de les laisser parler, de déprogrammer le mental. Elle nous surprennent, elles font jaillir des vérités qui nous éclaboussent lorsque le geste est juste, il y a harmonie entre le ressenti, le senti, et la forme modelée. Il suffit alors d'écouter son corps : vibrations, chaleur, il est porteur de vérité et de liberté.

Laisser parler les mains, regarder les formes qui naissent, que l'on apprend à perdre, à effacer, à transformer pour obtenir un écho et une émotion qui vont alors guider le geste. Celui-ci peut se faire caresse, recherche, exploration: chacun découvre alors sa violence, sa fébrilité, son anxiété ou son calme: le geste accompagne l'état intérieur et l'émotion va pouvoir prendre forme.


J'aime le contraste, à chaque étape de transformation; les mains généreuses de mon enfance sont présentes dans mon travail, donnent un sens à ma quête, me permettent de communiquer avec l'univers. Je me partage entre mon travail de sculteur et l'enseignement. J'ai pu transmettre ma passion à de nombreux élèves ; certains même en ont "re-sculpté" leur vie... Je leur apprends à mettre leur tête au repos, à se laisser guider par leur mains et leur spontanéité. Lorsqu'ils cherchent en vain "l'inspiration", je leur demande de trouver "l'expiration", ce souffle qui vient de l'intérieur, du profond du corps, où sont enfouies les traces de notre histoire.

L'atelier de Monique : le cru et le cuit
monique.sidelsky@libertysurf.fr
Tel : 0147078564 ou 0684050195


medium_p1copie.gif


Synthèse de Gilles, notre poète : cafe_amour_21.11.5.doc