Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lundi 6 février avec Raphaële Miljkovitch


ja-200055349uf0001.gif



AIMER MALIN 
 Se débarrasser de ses vieux démons pour mieux aimer et être aimé(e)

 
Changez-vous souvent de partenaire? Éprouvez-vous des difficultés à construire une relation durable et harmonieuse ? Avez-vous toujours le même type de relation, mal partie et qui ne mène nulle part ? Ou bien vous êtes en couple, mais ce n’est pas aussi simple que vous l’espériez... Vous avez le sentiment d’étouffer ou, à l’inverse, êtes constamment dans l’attente ?
 
Selon Raphaële Miljkovitch*, vous pouvez éviter que l'histoire se répète grâce à la compréhension de votre scénario amoureux. Celui-ci a sans doute été écrits depuis votre enfance. À cet égard, vos relations amoureuses ne prolongeraient-elles pas une quête de sécurité affective ? Avez-vous appris à être évitant, contrôlant, demandeur, pour attirer l’attention, pour être bien avec l’autre, mais en vain ?
 
9791090398054FS.gif
 
 
Lundi, au café de l'amour, Raphaële Miljkovitch* nous aidera à mieux cerner la nature et l’origine de nos difficultés. Elle nous sensibilisera au décodage de l'autre. Quelle histoire venue de son enfance répète-t-il dans la relation ? Enfin, elle nous donnera des clés pour grandir en amour, changer et en finir avec les fonctionnements toxiques.
*Raphaële Miljkovitch est professeure de psychologie du développement social à l’Université Paris-8, chef de projets de recherches à l’Institut mutualiste de Montsouris et thérapeute de couple. Elle a déjà écrit "Les fondations du lien amoureux" au Puf. Son dernier livre "L'amour malin, pour mieux aimer et être aimé" vient de sortir aux éditions Philippe Duval. 

 

 

9782130547945.jpg

loadimg.php.jpeg



Lundi 23/01 avec Catherine Siguret

  L'AMOUR EN MIETTES : ET APRÈS ?!

Petit abécédaire du chagrin d'amour 

                                      

 

photopromo2.jpeg

http://www.catherinesiguret.com/ 

 


 

Qui n'a jamais été quitté(e) ? Brisé(e) par l'autre, au point qu'il devienne "Obsession" ? Il ou elle est parti mais son souvenir ne nous quitte pas. On dirait même qu'il nous poursuit. Tout être abandonné, quelque soit son âge, ramasse les miettes que l'amour brisé a laissées derrière lui : souvenirs obsédants, phrases en boucles, promesses ressassées.
 
Comment passer à autre chose ? Comment donner la priorité à la vie sur l'amour ? Pourquoi continuer à aimer quand l'amour a trahi ?
 
Catherine Siguret* offre une manière originale d'explorer la rupture amoureuse, dans un livre écrit à vif qui décline en un abécédaire les fragments d'un amour disparu, ceux communs à chacun, où chacun se reconnaîtra. On y parle de Facebook qui nous fait vivre sur le paillasson de la maison virtuelle de l'autre, de la jalousie qui nous pousse à voir l'Autre comme un animal sexuel en activité permanente, et de toutes ces folies qui traversent nos cerveaux éprouvés par la fin.
 
D'une grande acuité psychologique, décrit avec beaucoup d'esprit et de vivacité, parfois touchant, parfois grave, cette approche pleine de finesse est souvent drôle malgré l'amertume du thème, d'autant que le propos est au final optimiste et que ce qui en ressort, c'est qu'il semblerait y avoir une vie derrière le désastre amoureux. 
 
Lundi, au Café de l'amour, Catherine Siguret* vous invite à commencer par ce qu'elle voit comme le début du salut et même du bonheur : le plaisir d'être parmi les gens, de leur parler, de les regarder, de dialoguer, diluer l'obsession de l'Unique dans la prise de conscience que le monde est riche, les sourires nombreux, la tendresse et l'écoute partout, du moment que l'on veut bien s'ouvrir au monde. 
 
*Catherine Siguret, philosophe, ancienne chroniqueuse télé (Les Maternelles, Sans aucun doute, Direct 8), journaliste dans la presse féminine, a publié une cinquantaine d'ouvrages, parmi lesquels "Femmes célèbres sur le divan" (Seuil) ou "Tout pour le mieux" (Robert Laffont). Elle écrit aussi comme nègre pour de célèbres psychiatres.

genere-miniature.aspx.gif