Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Michel Cazenave, La leçon de Tristan et Yseut : passion, désir...

Lundi 14 juin à Paris

 

PASSION, DÉSIR, FÉMININ
La leçon de tristan et Yseult

Qu’est-ce qui se joue pour l'homme qui cède à la passion ? Que se passe-t-il si, au lieu de la fuir ou de la renier, il admet de la sexualité de la femme ce qu’elle a d’éruptif, de libre et d’anarchique, ce qu’elle a de profondément a-social, toute branchée qu’elle est par nature sur la manifestation du sacré ? Et si, au lieu de s’enfuir et de collectionner des femmes réelles pour n’être touché par aucune, il s’avançait dans le territoire où on n’accepte qu’une femme, dans 
toute sa profondeur, pour s'orienter au sens le plus fort de ce mot ?

Admettrait -il du même coup de se trouver « hors la loi » ou, pour le dire en terme d’analyse, au-delà de la Loi, hors du royaume du Père ?

Pour Michel Cazenave, Tristan incarne le meilleur des chevaliers, le plus grand des héros. Mais du jour où il rencontre Iseut, du jour surtout où il cède à la passion et fait l’amour avec elle, il renonce à tout exploit héroïque. Socialement, il est devenu l’antihéros. Régulièrement mis au ban de la société, il passe sans arrêt de l’exaltation 
du soleil féminin à une position dépressive, quasi mélancolique.

Lundi, au café de l'amour, Michel Cazenave proposera une lecture Jungienne, aérée de mises en situation, de l'histoire de Tristan et Iseut, ces êtres vivants, faits de chair et de sang, pétris de désir. Pour lui, ce n'est pas la séparation des amants qui constitue l'enseignement central du récit, mais au contraire leur réunion finale quand les oppositions sont levées et les contraires réconciliés. Autrement dit, la découverte que ce qui semble, d’une façon immémoriale, ressenti comme le plus grand danger pour l'homme, devient au contraire sa condition de salut à partir du moment où il accepte de le regarder en face, de l’assumer en conscience - à partir du moment où il a aussi compris que « cet abîme de la femme », il le porte de toute façon au centre de lui-même.

Michel Cazenave est philosophe, écrivain et spécialiste de l'œuvre de Jung. Il a consacré une grande part de son activité à la production d'émissions sur la pensée philosophique et la spiritualité. Longtemps conseiller à la direction de France Culture pour la coordination des programmes, il a produit sur cette radio l'émission Les vivants et les dieu.
Il a présidé le Groupe d'études C.G. Jung de Paris, de 1984 à 1990. Depuis 2005, il est membre fondateur et président du Cercle Francophone de Réflexion et d'Information sur l'œuvre de C.G. Jung, dont il dirige la traduction française aux éditions Albin Michel. Il a écrit une cinquantaine d'ouvrages et participé à de nombreux volumes collectifs.

 

À l'Ice Baär (cliquer pour voir)
2ème étage d'Haägen Dasz


41, rue Marbeuf
75008 Paris
(cliquer pour voir sur une carte)


Métro Franklin Roosevelt ou Champs-Élysées Clémenceau

Entrée : 17 euros à l'unité, consommation comprise
Abonnement : 35 euros les 5 sessions, soit 13 euros à l'unité, consommation comprise
Étudiants, rmistes sur présentation d'un justificatif : 13 euros, consommation comprise

Pour 6 euros en plus, collation dînatoire, salée, sucrée, végétarienne, avec une consommation alcoolisée en compagnie de Michel Cazenave

Alexis Burger, Être un homme libéré, tu sais...

Alexis Burger était mercredi 9 juin au Café de l'Amour à Paris

alexis_burger.jpg

DE L'IDENTITÉ MASCULINE
Être un homme libéré, tu sais c'est pas si facile...

Que cherchent donc les nouveaux hommes aujourd'hui ? Quelle place accordent-ils à l'amour, au couple, au sexe ? Quelle relation espèrent-ils ou peuvent-ils vivre avec une femme ? Sont-ils trop gâtés par la révolution sexuelle, désorientés par le féminisme ?

Selon Alexis Burger*, avec l’explosion des rôles, qui longtemps ont caractérisé les femmes et les hommes, il ne suffit plus de savoir ce que l’on fait pour savoir ce que l’on est. Il ne suffit plus de gagner de l’argent, faire carrière, ou prendre l’initiative en matière sexuelle pour se sentir homme. Il ne suffit plus de tenir un ménage, séduire ou élever des enfants pour se réaliser comme femme. Inversement, qu’un homme s’occupe de ses enfants, cuisine ou développe sa tendresse ne lui permet pas d’éviter cette question : « Qu’est ce que je suis comme homme ? Suis-je à l’aise avec ma masculinité ? »

Longtemps conditionnés à "être forts", ne "rien devoir à personne", "être seul maître à bord", à refouler leur sensibilité au profit de comportements performants et compétitifs, nombre d'entre eux partagent désormais leur vécu, leurs doutes et leurs émotions au sein de treks pour hommes. Ensemble, ils expérimentent de nouvelles manières d'être et de faire, respectueuses d'eux-mêmes et de l'autre, pour mieux vivre, entre autres, leurs relations amoureuses.
psychologieMag comment etre un homme.jpg

Mercredi, au Café de l'Amour, Alexis Burger* présentera l'approche proposée dans les treks pour hommes « Explorer sa masculinité » et dans les treks mixte « Voyage sur son chemin essentiel ». Il creusera avec nous la question de l’identité de genre au moyen d’exposé, de projection, d’exercices et d’échanges pour faire apparaître quelques pistes de recherche à même de nous permettre d’avancer vers plus d’aisance en notre identité de femmes ou d’hommes.

*Alexis Burger, psychiatre et psychothérapeute, est formé à la bio énergie, au rebirth et à l'hypnose clinique. Mari, père, il s’intéresse à ces questions dans le champ qui est le sien. Il en est sorti un film « le souffle du désert » (F.Kohler 2005), qui décrit un groupe d’homme dans le Sahara, et des treks annuels de 2 semaines dans les dunes consacrés à cette question au travers d’ateliers itinérants de développement personnel. Il a écrit, entre autres : « La Gestalt-thérapie », in Traité de psychothérapie comparée, N. Duruz et M. Génard. Ed Médecine et Hygiène, Genève, 2002.


Son film, le souffle du désert, remarquable et sensible, sera présenté au cinéma "Les 3 Luxembourg" à Paris, jeudi 10 juin.