Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Yvan Phaneuf, Aimer sans perdre sa liberté

Lundi 9 mars 2009
photo yvan 001.jpg

AIMER SANS PERDRE SA LIBERTÉ
Récupérer le pouvoir sur sa vie en satisfaisant ses besoins affectifs fondamentaux

Le besoin d'amour semble si opposé au besoin de liberté, que plusieurs choisissent l'un au détriment de l'autre. Ce choix se révèle souvent la source de souffrances, d'insécurité et de perte, de blessures, de déchirement et de solitude, de mensonges et de trahisons, ainsi que de frustrations et de séparations. Pourtant, c'est dans un engagement profond envers soi-même et envers la relation à l'autre, que se trouve un bonheur et une satisfaction de vie encore plus grands.

Dans ce café/conférence, inspiré du livre "Aimer sans perdre sa liberté" de Colette Portelance, Yvan Phaneuf* démontrera comment il devient possible d'allier autant son besoin d'amour que celui de liberté à travers l'engagement, dans un objectif d'accomplissement du potentiel de tout ce que nous sommes.

Lundi, au café de l'amour, avec Yvan Phaneuf*, nous avons appris à connaître et à dépasser les obstacles autant intérieurs qu'extérieurs qui maintiennent le manque d'amour et de liberté.

*Yvan Phaneuf, thérapeute en Relation d’AideMC depuis 1991, est spécialiste de la relation et de l’ANDC, Approche non-directive créatriceMD.
Formateur de thérapeutes au Centre de Relation d'Aide de Montréal, il pratique la thérapie individuelle et de couple ;
Conférencier à l’échelle international, il a été éducateur en Centre de réadaptation pour adolescents, intervenant en violence conjugale auprès des hommes ayant des comportements violent. Auteur du best-seller «Les Masques des hommes», livre qui traite de comment et pourquoi les hommes cachent-ils leurs émotions, il publiera au mois de septembre son tout nouveau livre «Un couple fort, une famille unie».

pic_masques-1.jpg
Du même auteur : Devenir un homme

Elsa Godart, La sincérité

Mercredi 4 mars 2009

LA SINCÉRITÉ
Ce que l'on dit, ce que l'on est...


Dans une société dédiée à la communication, il s’avère de plus en plus difficile de se dire, de se raconter et d’avoir un réel lien avec l’autre. D’où une véritable inadéquation entre ce que l’on est et la manière dont on est perçu, à tel point que l’on n’ose plus être soi-même. Quelles sont les conséquences d’un tel défaut d’authenticité et d’une telle difficulté à être soi dans la rencontre amoureuse ?

Selon Elsa Godart*, il existerait des coeurs purs et des coeurs égarés, des coeurs corrompus, des coeurs impurs. Si certains ont le coeur "haut placé", d'autres, plus "bas", semblent tentés par les jouissances matérielles et immédiates. Pourtant, de son côté, l'amant(e) sincère n'hésite pas à travestir la réalité, à la métamorphoser, à se perde dans les limbes imaginaires de ses désirs... à condition que l'imaginaire ne se révèle pas synonyme d'affabulation et de mensonge !

Mercredi, au café de l'amour, Elsa Godart* nous entraînera, avec joie et subtilité, dans le sillage de ses réflexions. Elle démontrera, à travers interactions et mises en situation, que, dans l'emphase comme dans la mesure, un coeur qui aime reste un coeur sincère. Toute forme d'amour véritable deviendrait ainsi transcendance ; dans le don de soi et l'abnégation, nous laissons l'autre exister, rendons hommage à la liberté...

Docteur en philosophie de Paris-IV-Sorbonne, *Elsa Godart enseigne la philosophie aux universités de Paris III-Sorbonne et de Paris-Est, ainsi que la psychopathologie à l’université Louis-Pasteur de Strasbourg. Elle dirige par ailleurs,un diplôme universitaire d’éthique médicale et de philosophie pratique et anime un séminaire psy à la Salpêtrière. Elle achève actuellement son doctorat de psychologie. Elle exerce également en cabinet et collabore depuis 2005 à plusieurs médias (Psychologies Magazine, le Monde des religions, Nouvelles clés, Soins Psychiatrie, Europe 1…). Son dernier ouvrage, "La sincérité" est paru chez Larousse en 2008. Elle a déjà écrit : "Existe-t-il une Europe philosophique ?", éd. Presses Universitaires de Rennes, octobre 2005 (coll.), "Je veux, donc je peux" , éd. Plon, février 2007, "Au secours, j’ai peur d’aimer", éd. Plon, février 2007 (en collaboration avec M.-C. Grall), "Liquider mai 68 ?", Presses de la Renaissance, avril 2008 (coll.), "L’âme de l’Europe",  aux éd. Plon , sortira enseptembre 2009.



visuel_sincerite.gif