Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Article paru dans Libération

liberation_10_fevrier_2006.doc



Dans la foulée de Libé, le café de l'amour vu par une journaliste coréeenne :
medium_le_quotidien_de_Séoul002.jpg

Paris Match juillet 2005

medium_PARIS_MATCH.jpg

Paris Match du 13 juillet 2005


Sujet du 25 juillet


Pour clore le cycle "transparence, estime de soi et relation amoureuse", nous avons proposé le sujet suivant :

[...] on ne peut aimer celui de ses visages qu'on essaie de masquer en soi.

Caligula, Albert Camus

« On ne peut aimer celui de ses visages qu’on essaie de maquer en soi. »

                                                           CAMUS, Caligula.

 

Sujet difficile mais passionnant ! Il semblerait que le manque d'estime de soi suscite 5 grandes catégories de comportements "caligulesques" : la jalousie, la scène, le mensonge, la vantardise, l'attitude bornée, le complexe. Ces attitudes constituent une prise de pouvoir sur l'autre et correspondent à un manque de respect. Elles naissent de la souffrance mais peuvent être perçues comme une agression ou une pathologie par celui qui a fait le plus de chemin sur lui.

Critiquer, détester, mépriser l'autre revient souvent à mettre à distance ce qu'on refuse de voir en soi.

Nous avons tendance à choisir un  partenaire miroir qui, par excès ou pas défaut (comportements vindicatifs ou soumis) va nous permettre d'exprimer la violence contenue que nous éprouvons à l'égard de nos parents et que nous n'assumons pas.

Une participante a dit : "J'ai choisi un pervers qui piquait des crises. En quelques mots, je savais le déclencher ; cela me permettait de piquer une crise à mon tour, ce que je n'aurais jamais osé faire spontanément".         

Ainsi un homme "victime" va bizarrement rencontrer une femme abusive ou excessive sur le modèle de sa mère. Elle alternera douceurs et violences ; il pourra enfin se livrer à la rétorsion qu'il rêve de faire vivre à sa mère et se "venger". La relation peut fonctionner bien et longtemps tant que l'un ne souffre pas trop. C'est la souffrance qui suscite les ruptures, souvent à répétion.

De même une femme (cf l'exemple de la participante) va pouvoir exprimer sa violence envers son père par le truchement d'un homme séducteur, pervers, narcissique et/ou les trois.  

Le choix de notre partenaire n'est jamais anodin nous le savions. Il semble toujours intéressant de décoder unel relation grâce à une grille de lecture supplémentaire qui pourrait être : " Qu'est-ce que je lui repproche que je refuse de voir en moi ? "