Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2010.06.10

Michel Cazenave, La leçon de Tristan et Yseut : passion, désir...

Lundi 14 juin à Paris

 

PASSION, DÉSIR, FÉMININ
La leçon de tristan et Yseult

Qu’est-ce qui se joue pour l'homme qui cède à la passion ? Que se passe-t-il si, au lieu de la fuir ou de la renier, il admet de la sexualité de la femme ce qu’elle a d’éruptif, de libre et d’anarchique, ce qu’elle a de profondément a-social, toute branchée qu’elle est par nature sur la manifestation du sacré ? Et si, au lieu de s’enfuir et de collectionner des femmes réelles pour n’être touché par aucune, il s’avançait dans le territoire où on n’accepte qu’une femme, dans 
toute sa profondeur, pour s'orienter au sens le plus fort de ce mot ?

Admettrait -il du même coup de se trouver « hors la loi » ou, pour le dire en terme d’analyse, au-delà de la Loi, hors du royaume du Père ?

Pour Michel Cazenave, Tristan incarne le meilleur des chevaliers, le plus grand des héros. Mais du jour où il rencontre Iseut, du jour surtout où il cède à la passion et fait l’amour avec elle, il renonce à tout exploit héroïque. Socialement, il est devenu l’antihéros. Régulièrement mis au ban de la société, il passe sans arrêt de l’exaltation 
du soleil féminin à une position dépressive, quasi mélancolique.

Lundi, au café de l'amour, Michel Cazenave proposera une lecture Jungienne, aérée de mises en situation, de l'histoire de Tristan et Iseut, ces êtres vivants, faits de chair et de sang, pétris de désir. Pour lui, ce n'est pas la séparation des amants qui constitue l'enseignement central du récit, mais au contraire leur réunion finale quand les oppositions sont levées et les contraires réconciliés. Autrement dit, la découverte que ce qui semble, d’une façon immémoriale, ressenti comme le plus grand danger pour l'homme, devient au contraire sa condition de salut à partir du moment où il accepte de le regarder en face, de l’assumer en conscience - à partir du moment où il a aussi compris que « cet abîme de la femme », il le porte de toute façon au centre de lui-même.

Michel Cazenave est philosophe, écrivain et spécialiste de l'œuvre de Jung. Il a consacré une grande part de son activité à la production d'émissions sur la pensée philosophique et la spiritualité. Longtemps conseiller à la direction de France Culture pour la coordination des programmes, il a produit sur cette radio l'émission Les vivants et les dieu.
Il a présidé le Groupe d'études C.G. Jung de Paris, de 1984 à 1990. Depuis 2005, il est membre fondateur et président du Cercle Francophone de Réflexion et d'Information sur l'œuvre de C.G. Jung, dont il dirige la traduction française aux éditions Albin Michel. Il a écrit une cinquantaine d'ouvrages et participé à de nombreux volumes collectifs.

 

À l'Ice Baär (cliquer pour voir)
2ème étage d'Haägen Dasz


41, rue Marbeuf
75008 Paris
(cliquer pour voir sur une carte)


Métro Franklin Roosevelt ou Champs-Élysées Clémenceau

Entrée : 17 euros à l'unité, consommation comprise
Abonnement : 35 euros les 5 sessions, soit 13 euros à l'unité, consommation comprise
Étudiants, rmistes sur présentation d'un justificatif : 13 euros, consommation comprise

Pour 6 euros en plus, collation dînatoire, salée, sucrée, végétarienne, avec une consommation alcoolisée en compagnie de Michel Cazenave

2010.04.15

François Roustang, Le secret qui change la vie ?

vignette_153.jpg

François Roustang était au Café de l'Amour à Paris le 26 avril 2010

LE SECRET QUI CHANGE LA VIE ?
La leçon de Socrate pour aller mieux !

Loin d’être le premier philosophe, Socrate ne serait-il pas le premier vrai thérapeute ? Celui qui aurait le mieux compris les effets qu’il faut produire pour modifier son rapport à soi et au monde ?

Au-delà de la véritable originalité de Socrate, pour François Roustang*, il s’agit de nous faire comprendre comment il est possible de produire une modification de l’existence en acte et pas seulement en pensée. Le fameux adage "Connais-toi toi-même" n'aurait rien de socratique. La sagesse de Socrate ne consisterait donc pas dans la connaissance de soi, mais pour ainsi dire dans un oubli de soi. Aussi ne saurait-on en faire le précurseur des philosophies et des morales de l'introspection.

Lundi, au Café de l'amour, à la représentation classique de Socrate en sage et en raisonneur, le philosophe thérpeute François Roustang* substituera un "Socrate sorcier", capable de produire par la parole chez ses interlocuteurs un état de transe, qui explique certaines de ses conduites étranges et de ses excentricités. Notre invité montrera que, s'il n'a pas été initié à des pratiques chamaniques, Socrate aurait rencontré de tels praticiens.


Né en 1923, François Roustang*, une personnalité à ne pas manquer, est un homme de changements, sinon de ruptures. D'abord jésuite, il a publié dans la revue Christus un article intitulé "Le troisième homme", qui connut un grand retentissement, et lui valut d'être exclu de la Compagnie de Jésus. Ayant perdu la foi, il se marie, devient psychanalyste. Là encore, son parcours est marqué par la dissidence. Proche de Lacan, il dénonce les dérives sectaires de ses épigones (Lacan. De l'équivoque à l'impasse, 1986). Tout en continuant à réfléchir sur les apports de la psychanalyse, il finit par rompre avec elle et par entamer un travail théorique et pratique sur l'hypnose et l'hypnothérapie (Qu'est-ce que l'hypnose ? 1994). Thérapeute dissident de la psychanalyse, François Roustang mène depuis des années une réflexion radicale sur les conditions du changement. Elle l’a amené à redécouvrir la fécondité de l’hypnose pour produire une modification profonde de notre regard sur nous-mêmes et de notre rapport au monde. Sa trilogie "La Fin de la plainte", "Il suffit d’un geste", "Savoir attendre" le range parmi les auteurs les plus originaux en France dans son domaine. Son dernier livre "Le secret de Socrate pour changer la vie" est sorti récemment aux Éditions Odile Jacob.
http://fr.wikipedia.org/wiki/François_Roustang

 

2010.03.30

Fabrice Midal, Et si de l'amour on ne savait rien ?

Fabrice Midal était au Café de l'Amour
à Paris le lundi 15 février 2010,
à Bruxelles le 31 mars 2010,
à Bordeaux le lundi 12 avril 2010,
et à Strasbourg le mardi 15 juin 2010.

Il sera au salon Zen et Bio de Nantes le 9 octobre 2010.
 
Jeudi 21 octobre 2010 à Rennes
 
ET SI DE L'AMOUR ON NE SAVAIT RIEN ?
Retrouver le souffle de l'amour par la philosophie et la méditation bouddhique
 
 
Nous savons tous qu’une vie sans amour est une vie désolée, une vie à laquelle il manque l’essentiel. Mais savons-nous ce qu’est l’amour en vérité ? Savons-nous pourquoi nous nous égarons si souvent et le restreignons, pourquoi il nous arrive si rarement d’aimer vraiment et d’être aimé ?

Pour Fabrice Midal*, l’amour s’est absenté de nos réflexions et de nos sociétés ; il sert très souvent à des manipulations psychologiques mesquines, voire perverses. De surcroît, nous confondrions amour et attachement, tendresse et jalousie, des rêve de midinette avec le véritable amour, qui n’est pas une consolation mais un risque : celui de la liberté !

L’amour, devenu un mot tabou, symbolise une expérience qui fait peur. Il s'agit de lui redonner toute sa place, que ce mot ne soit plus un «gros mot », un terme pornographique.
 

 

Lundi, au café de l'amour, l'étonnant Fabrice Midal* nous entraînera à la découverte des différentes facettes de l’amour et en explorera les vertiges. Il pulvérisera nombre d'idées reçues. À partir de la tradition philosophique occidentale et des sagesses orientales, il nous invitera à comprendre d’abord l’amour tel qu’il est, avant de chercher à le vivre dans le couple, à reconnaître le point tendre du cœur, accepter nos imperfections et en faire autant de chances pour nous ouvrir réellement.

Et alors, ô merveille, le vivre pleinement à deux devient enfin possible ! Enfin, dans la fidélité la plus rigoureuse à la méditation telle que le Bouddha l’a transmise, chacun pourra peut-être, voir s’ouvrir un chemin qui soit le sien et qui lui corresponde.
 
 
 


*Fabrice Midal, docteur en philosophie, enseigne la méditation bouddhiste depuis plus de quinze ans. Il a fondé l’association Prajña & Philia pour établir un bouddhisme occidental en dialogue avec la philosophie et la poésie d’Occident. Auteur de nombreux ouvrages, il dessine à partir de la philosophie, du bouddhisme et de l'art moderne, un chemin rigoureux et inspirant.

A vingt ans, il rencontre l’enseignement de Chögyam Trungpa et s’engage dans la pratique de la méditation telle que ce maître historial l’a présentée pour l’Occident. Il a été également formé par François Fédier qui est son maître en philosophie et qui est venu plusieurs fois enseigner dans Prajña & Philia. Il est par ailleurs éditeur et dirige la collection L'esprit d'Ouverture chez Belfond et producteur à France-Culture. Son dernier livre "Et si de l'amour on ne savait rien " vient de paraître aux Éditions Albin Michel.
 

Catherine Laborde et Thomas Stern, L'infidélité... and so what ?

min3_9aa99dbfd2155b8705ba40a1ebaf6750.jpg

Catherine Laborde et Thomas Stern étaient au Café de l'Amour à Paris le 29 mars 2010

L'INFIDÉLITÉ... AND SO WHAT ?
SI TU NE M'AIMES PAS, JE TAIME !

Y aurait-il une joie délicieuse à tromper, être trompé(e) ? Comment dépasser ces moments délicats ? A quoi ça tient un couple ?

Catherine Laborde*, 58 ans, fait la pluie et le beau temps sur TF1. Thomas Stern*, 63 printemps, publicitaire, est agrégé de philosophie. Ils auraient pu tomber amoureux "classiquement". Pourtant, depuis quinze ans, ils ne vivent pas ensemble, ne sont pas mariés, se sont trompés à maintes reprises et s’aiment éperdument par-delà les conventions.

Ces "personnalités", malgré leurs disputes, leurs ruptures, semblent avoir trouvé "leur" formule pour entretenir la flamme de leur passion. Ils racontent – à quatre mains – leurs aventures tumultueuses. De leur rencontre à leurs déboires, ils disent tout. Entre philosophie, romantisme et nudité, ils traitent de la communication entre les êtres : la rencontre, la passion, la famille, les trahisons, la lassitude, les tromperies, l'âge qui avance...



Lundi, au café de l'amour, Catherine Laborde* et Thomas Stern* témoigneront avec sensibilité de leur histoire d’amour. Ils évoqueront leur parcours, leur motivation, leur expérience... Ils expliqueront comment ils ont réussi à entretenir l'allégresse, le romantisme et la tendresse. Pour autant, ils ne parleront pas la langue de bois.

*Catherine Laborde, 58 ans, journaliste en charge de la météo sur TF1, a déjà écrit plusieurs ouvrages dont le best-seller La Douce joie d'être trompée (Éditions Anne Carrière 2008) qui aborde l'un des thèmes de ce nouveau livre, et en 2009 Maria del Pilar (Éditions Anne Carrière)
*Thomas Stern, 63 ans, agrégé de philosophie, est publicitaire. On lui doit la locution populaire Elle a tout d'une grande.

catherine_laborde_reference.jpg


2007.12.13

Paule Salomon, Gourmande sérénité

5b761c45014ea0417a85230730046684.jpg

Paule Salomon était au Café de l'Amour à Paris le  17 décembre 2007

GOURMANDE SÉRÉNITÉ
Une mise en scène visuelle, olfactive et kinestésique de la sérénité et de l'amour.

f8de01ea48826c5e1f6a06306341b861.jpg

Lundi, au cours d'un atelier/café particulièrement interactif, nous avons inauguré ce nouveau concept avec Paule Salomon sur le thème de son dernier livre "Gourmande Sérénité" paru aux éditions Albin Michel...

0fae3d1e4a4585e48b4027e8ea8c4f5c.jpg

Bonne nouvelle ! La sérénité se redéfinit, elle quitte les hauteurs du renoncement, elle devient ouverte, joyeuse et gourmande, associe le plaisir et la sagesse, la lucidité et l'émerveillement... Elle apprend à vivre au présent, à cultiver le désir, à aimer sa singularité et à redéfinir les rôles et les comportements dans les relations hommes-femmes. Depuis La Femme solaire et La Sainte Folie du couple, Paule Salomon, philosophe et thérapeute, développe une approche aussi libre que singulière de l'épanouissement de soi. Invoquant Bouddha, l'homme qui médite, mais également Zorba, l'homme qui danse, et surtout Zarathoustra à travers une lecture personnelle de Nietzsche, elle nous invite ici à repenser notre présence au monde et à renouer avec cette conscience du corps qui est autant un art d'aimer que de s'aimer.

35b5884ab1f5791d06420823636f023d.jpg

Philosophe et thérapeute, Paule Salomon enseigne le développement personnel dans un esprit socratique de questionnement et d'accouchement des êtres. Elle a enrichi son expérience par une recherche spirituelle depuis plus de vingt ans. Elle s'est formée aux principales techniques de psychotérapie et a réalisé la synthèse de ces différentes approches. Son travail est indépendant de toute appartenance religieuse ou philosophique. Elle transmet sa seule expérience et propose une voie du coeur, un art de l'être et un art d'aimer, enracinés dans la sagesse du corps.

8a791244c201a64da650e3088ffe3002.jpg

Elle a publié chez Albin Michel : "La Femme Solaire", une étude approfondie de l’évolution de la femme, "La Sainte Folie du Couple", une cartographie des étapes de développement du couple, "La Brûlante Lumière de l’amour", sexualité, amour et spiritualité, "Les Hommes se transforment", les différents visages de l’évolution de l’homme , "Corps vivant", vivre son corps sainement, nourriture, exercices, massages, respiration, "Bienheureuse infidélité", pouvoir être à l’écoute de ses désirs, vivre libres et ensemble, "La spirale du bonheur" (vient de paraître), le parcours du créateur de sa vie, les étapes d’un bonheur croissant.

A son actif également : "Je Peux Changer", entretiens avec Nathalie Calmé, les possibles d’une vie créative. (Dervy)